La suspension des contrôles aux frontières est contraire au droit international, déclare l’UE à l’Irlande du Nord

Mercredi, le ministre de l’Agriculture d’Irlande du Nord, Edwin Poots, a ordonné aux fonctionnaires de suspendre les contrôles à la frontière de la mer d’Irlande à partir de minuit. EPA/PAUL McERLANE [EPA/PAUL McERLANE]

La décision du gouvernement d’Irlande du Nord de suspendre unilatéralement un élément clé du protocole pour l’Irlande du Nord a suscité une réaction rapide de la Commission européenne jeudi 3 février, qui l’a accusé de violer le droit international.

Mercredi 2 février, le ministre de l’Agriculture d’Irlande du Nord, Edwin Poots, a ordonné aux fonctionnaires de suspendre les contrôles à la frontière de la mer d’Irlande à partir de minuit.

«  Cette annonce a créé de l’incertitude et de l’imprévisibilité et certainement aucune stabilité, donc je ne suis pas sûre de l’objectif de cette décision… C’est une violation absolue du droit international  », a déclaré Mairead McGuiness, commissaire européenne irlandaise, à la chaîne irlandaise RTE, en réponse à cette décision.

M. Poots, du parti unioniste démocratique pro-britannique, qui s’est opposé au protocole d’Irlande du Nord, a déclaré qu’il avait reçu un avis juridique lui permettant d’ordonner l’arrêt des contrôles.

Le protocole, convenu dans le cadre de l’accord de Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, introduit des contrôles douaniers sur les marchandises voyageant de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord afin d’éviter une frontière douanière dure entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, membre de l’UE.

Le premier ministre du Parti unioniste démocrate (DUP), Paul Givan, a annoncé jeudi sa démission en signe de protestation contre le protocole, ce qui empêcherait l’exécutif nord-irlandais de prendre de nouvelles décisions sur cette politique avant les élections de mai.

L’exécutif d’Irlande du Nord est une coalition de ministres représentant les deux factions antagonistes : les communautés unioniste pro-britannique et nationaliste irlandaise.

Le DUP fait campagne pour l’abandon du protocole et fait valoir que l’imposition de contrôles frontaliers exclut de fait l’Irlande du Nord du marché unique britannique.

Le commerce du Royaume-Uni avec l’Irlande chute après le Brexit

Les exportations de marchandises de la Grande-Bretagne vers l’Irlande ont chuté de 20 % depuis que le Royaume-Uni a quitté le marché unique, selon les données publiées lundi (17 janvier) par l’Office central des statistiques irlandais.

Les partis unionistes et le gouvernement britannique se sont plaints du fait que la mise en œuvre du protocole par l’UE a nui aux entreprises et perturbé la stabilité politique en Irlande du Nord.

Cependant, les partis nationalistes irlandais Sinn Fein, le parti social-démocrate et travailliste, et le parti neutre Alliance, le soutiennent.

La vice-première ministre Michelle O’Neill, membre du Sinn Fein, a condamné les actions du DUP, les qualifiant de «  coup politique  » avant les élections de mai en Irlande du Nord.

Les sondages d’opinion suggèrent que le Sinn Fein, parti politique républicain actif en Irlande et en Irlande du Nord, prônant la réunification de ces deux pays, est susceptible d’être le parti avec le plus grand nombre de sièges à la prochaine assemblée. Quant au DUP, il est confronté à une bataille difficile pour résister au parti unioniste d’Ulster, plus modéré, et rester le plus grand parti unioniste d’Irlande.

Pendant ce temps, Edwin Poots se bat pour être adopté comme candidat du DUP.

Le gouvernement britannique, qui cherche à renégocier l’application du protocole, a minimisé son rôle dans ce nouveau conflit, affirmant que le fonctionnement des contrôles relève de la compétence de l’exécutif nord-irlandais décentralisé.

Toutefois, le protocole faisant partie d’un traité international entre l’UE et le Royaume-Uni, la décision des ministres d’Irlande du Nord place le gouvernement britannique en situation de violation de l’accord.

Simon Hoare, député conservateur et président du comité restreint sur l’Irlande du Nord au Parlement de Westminster à Londres, a déclaré sur Twitter :

«  En ce qui concerne les contrôles du protocole de l’Irlande du Nord : Je suis un conservateur. Je crois en l’État de droit et au respect des obligations que nous avons contractées volontairement. Il n’y a pas de si et de mais dans cette affaire. La réputation du Royaume-Uni sur ces questions est importante. Toute personne qui se soucie du Royaume-Uni devrait penser la même chose.  »

Subscribe to our newsletters

Subscribe