L’après Brexit : les exportations britanniques de produits alimentaires chutent de 75 %

L'UE a imposé des contrôles douaniers sur les exportations britanniques le 1er janvier, tandis que le Royaume-Uni a reporté l'introduction de mesures réciproques jusqu'en octobre. [Facundo Arrizabalaga/EPA/EFE]

Les exportations britanniques de produits alimentaires et de boissons vers l’Union européenne ont chuté de 75 % en janvier, le premier mois passé en dehors du marché unique de l’UE, selon les données publiées par la Fédération britannique des produits alimentaires et des boissons (FDF).

Les exportations vers le bloc sont passées de 1 milliard de livres sterling en janvier 2020 à 256,4 millions de livres sterling le même mois l’année suivante, et se sont effondrées de plus de 80 % vers l’Irlande, l’Allemagne et l’Italie, selon les chiffres publiés lundi (22 mars).

Les exportations de saumon et de bœuf ont été particulièrement touchées, chutant respectivement de 98 % et 91 %, tandis que les exportations de whisky sont passées de 105,4 millions de livres à 38,9 millions de livres, soit une chute de 63 %.

Dans l’ensemble, le secteur de la pêche a enregistré une chute de 79 % de ses exportations, passant de 25,2 millions de livres sterling à 5,3 millions de livres sterling, ce qui reflète les plaintes de l’industrie concernant les retards causés par les nouvelles exigences administratives, qui lui ont fait perdre environ 1 million de livres sterling par jour.

Brexit : « Ce ne sera pas business as usual ! » prévient Michel Barnier

Michel Barnier, conseiller spécial de la présidente de la Commission européenne, était auditionné hier (16 février) par le Sénat pour revenir sur l’accord de retrait et l’accord de commerce et de coopération signés entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.
Après 4 …

Le FDF a déclaré que « les impacts du COVID et le stockage par les entreprises britanniques dans l’UE avant la fin de la période de transition ont été des facteurs contributifs, mais une grande partie de cette baisse est probablement due aux barrières non tarifaires auxquelles sont confrontés les exportateurs britanniques et à l’effondrement des mouvements de groupage qui a exclu de nombreuses PME exportatrices ».

La fermeture d’une grande partie du secteur de la restauration de l’UE en raison des mesures de verrouillage prises pour contrôler la propagation du COVID-19 devrait continuer à peser sur les exportations.

Les exportations britanniques de produits alimentaires et de boissons vers le reste du monde ont également chuté de 11 %, des chiffres qui reflètent probablement les perturbations du commerce et de la consommation causées par la pandémie.

Les importations en provenance de l’UE ont également diminué de 25 %, passant de 2,6 milliards de livres sterling à 1,9 milliard de livres sterling.

Le gouvernement a cherché à minimiser les effets du nouvel accord de commerce et de coopération, qui est entré en vigueur le 1er janvier.

Au début du mois, l’Office for National Statistics (ONS) a publié des statistiques montrant que les exportations britanniques vers l’UE ont chuté de 40,7 % en janvier par rapport à décembre.

Toutefois, le ministre britannique des relations avec l’UE, David Frost, qui a négocié l’accord commercial, a affirmé que les volumes globaux de fret entre le Royaume-Uni et l’UE sont revenus à des niveaux normaux depuis début février.

Boris Johnson choisit son négociateur en chef du Brexit pour diriger les futures relations avec l'UE

Boris Johnson a nommé hier (17 février) son négociateur en chef de Brexit, David Frost, ministre de premier plan au sein de son cabinet, avec un portefeuille pour mener à bien les futures relations avec l’UE.

M. Frost a ajouté que la « combinaison unique de facteurs rendait inévitable l’apparition de chiffres inhabituels en janvier ».

Cependant, la suppression progressive des délais de grâce après lesquels les contrôles douaniers sur les produits alimentaires et d’autres marchandises deviendront obligatoires continueront probablement à nuire aux entreprises des deux côtés de la Manche.

L’UE a imposé des contrôles douaniers sur les exportations britanniques le 1er janvier, tandis que le Royaume-Uni a reporté l’introduction de mesures réciproques jusqu’en octobre. Le statut des délais de grâce pour les marchandises voyageant de la Grande-Bretagne vers l’Irlande du Nord est également au cœur d’un conflit juridique entre les deux parties.

La FDF a averti que « la mise en œuvre progressive des contrôles aux frontières est susceptible de signifier que les impacts complets de la fin de la transition sur les importations en provenance de l’UE ne seront pas visibles avant 2022″.

[édité par Josie Le Blond/Mathieu Pollet]

Subscribe to our newsletters

Subscribe