Le climat se tend entre le parlement et Theresa May sur le Brexit

Neil Carmichael refuse de signer un "chèque en blanc" au gouvernement. [Michael Walter/Troika]

Alors que le débat parlementaire sur le Brexit se poursuit à Londres, un député conservateur britannique s’est désolidarisé dimanche de la ligne de son parti en critiquant la stratégie de la Première ministre, Theresa May.

« Nous pourrions être confrontés à la perspective d’une sortie brutale de l’Union européenne, en tombant de la falaise comme certains l’ont décrit en évoquant l’absence d’accord, ce qui aurait des conséquences économiques potentiellement désastreuses », estime Neil Carmichael dans une tribune publiée par le Mail on Sunday.

>>Lire : Les députés britanniques commencent enfin à débattre du Brexit

Cette prise de position intervient à la veille d’une nouvelle phase de discussion au parlement national sur le projet de loi autorisant le gouvernement à entamer la procédure de divorce avec l’Union européenne.

Vote au Parlement

Ces débats, qui débuteront lundi et s’étaleront sur trois jours, seront suivis d’une série de votes pour décider si des conditions supplémentaires doivent être attachées à ce projet de loi gouvernemental, qui tient en 150 mots, permettant d’invoquer l’article 50 du traité de Lisbonne d’ici au 31 mars.

La Cour suprême donne les clefs du Brexit au parlement britannique

Le gouvernement de Theresa May devra obtenir l’approbation du parlement avant de lancer les négociations de sortie de l’Union européenne, a tranché mardi la Cour suprême britannique, jugeant cependant la consultation des parlements régionaux inutile.

Theresa May a déclaré que le parlement aurait, au terme des négociations avec l’UE, le choix entre accepter l’accord tel quel ou le rejeter et quitter le bloc sans aucun accord, une alternative que contestent des élus.

Dernier mot

« Le parlement devrait avoir le dernier mot pour siffler la fin de la partie », écrit Neil Carmichael dans sa tribune, réclamant que les parlementaires puissent obliger Theresa May à reprendre des négociations.

Neil Carmichael est le plus bruyant des opposants conservateurs au Brexit qui pourraient joindre leurs voix à celles des élus du Parti travailliste et du Parti national écossais hostiles à la sortie de l’UE.

Jusqu’ici, il est le seul du camp conservateur avec la députée Anna Soubry à avoir laissé entendre qu’il pourrait voter contre le gouvernement.

May annonce un Brexit « clair et net »

Floue jusque-là sur le Brexit, Theresa May doit exposer sa stratégie pour les négociations à venir avec l’UE lors d’un discours très attendu mardi à Londres où on pourrait enfin connaître les réelles intentions du Royaume-Uni.

Le camp favorable au Brexit rappelle de son côté que le parlement doit se conformer au résultat du référendum du 23 juin dernier, par lequel 52% des électeurs britanniques ont voté en faveur d’une sortie de l’UE.

« Tout vote visant à amender ce simple projet de loi sera un vote contre la mise en oeuvre du résultat du référendum », a déclaré l’élu eurosceptique conservateur Steve Baker.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.