Le parti eurosceptique allemand rejoint les conservateurs britanniques

Hans-Olaf Henkel, lead MEP of Alternative für Deutschland [blu-news.org/Flickr]

Hans-Olaf Henkel, lead MEP of Alternative für Deutschland [blu-news.org/Flickr]

Le parti allemand et eurosceptique Alternative für Deutschland, ou AfD, va renforcer les Conservateurs et réformistes européens de 7 eurodéputés. Le parti devient ainsi, pour l’instant, la troisième force politique au sein du Parlement européen.

Le rapprochement de l’AfD des Conservateurs et réformistes européens, un groupe principalement constitué des eurodéputés de droite traditionnelle britannique, a été entériné.

« C’est avant tout un succès pour nos électeurs, qui auront une voix forte au sein de l’Europe [. . . ] », a déclaré le leader du Parti eurosceptique, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), Bernd Lucke.

« Avec la CRE, nous avons trouvé des collègues qui partagent les mêmes valeurs et objectifs que nous », s’est félicité pour sa part Hans-Olaf Henkel, candidat de tête de liste pour l’AfD lors des dernières européennes.

L’AfD a été fondé il y a 16 mois seulement et a su s’entourer de nombreux universitaires et hommes d’affaires depuis sa création. Il est pour la sortie de l’euro et pour revenir au Deutsche Mark et réclame « moins d’Europe » en Allemagne.

Le jeune parti a enlevé au total sept sièges lors des européennes du 25 mai dernier. Ce nouvel apport d’eurodéputés porte le nombre de sièges de la CRE à un total de 62, ce qui place le groupe devant les libéraux. Les conservateurs eurosceptiques deviennent dès lors la troisième force politique au sein du Parlement européen.

La semaine dernière, la CRE avait gagné 10 sièges avec l’arrivée de Parti populaire danois, parti également eurosceptique, du parti de droite radicale et populiste les Vrais Finlandais, ainsi que d’autres petits partis. Le groupe des conservateurs eurosceptiques pourrait faire office de « faiseur de rois », lors des votes de la prochaine législature.

Des relations germano-britanniques encore plus difficiles

Le groupe de la CRE est dominé par le parti conservateur britannique de David Cameron, qui représente à lui tout seul le quart du nombre de sièges du groupe au sein du Parlement européen.

La décision d’intégrer un nouveau parti membre au sein de la famille est prise à la majorité simple. Ce vote s’est tenu le 12 juin. Hans-Olaf Henkel a applaudi la nouvelle en soulignant que ce vote a été fait malgré « les pressions massives des quartiers généraux londoniens ».

Or, accepter les Allemands eurosceptiques au sein du groupe n’aura pas pour vertu d‘adoucir les relations entre le Royaume-Uni et l’Allemagne. En effet, le premier ministre britannique et la chancelière allemande sont en désaccord sur le nom du prochain président de la Commission.

Le think tank londonien Open Europe, a ainsi écrit dernièrement que « tout dépendait d’Angela Merkel. Elle souhaite ne rien avoir à faire avec l’AfD ». Angela Merkel était déjà fortement mécontente lorsque les conservateurs britanniques avaient quitté le Parti populaire européen pour fonder la CRE en 2009. L’actuelle convergence des Britanniques avec le parti concurrent de la chancelière ne fera que jeter de l’huile sur le feu entre les deux dirigeants.

Une analyse précédente faite par EURACTIV indiquait qu’un partenaire de choix d’une coalition pour l’AfD serait la CRE. « Ils partagent de nombreux points avec nous, car ils sont également contre un État européen centralisé. Ils sont libéraux et défendent aussi des valeurs », avait en effet indiqué récemment Hans-Olaf Henkel. 

Le groupe des Conservateurs et Réformistes européens (CRE) est un groupe eurocritique au sein du Parlement européen. Le groupe réclame une réforme de l'Union européenne et met l’accent sur une politique économique néo-libérale. Ce groupe est étroitement lié avec le parti conservateur britannique.

Les conservateurs britanniques ont perdu de nombreux sièges lors des européennes le 22 mai dernier. Par conséquent, le groupe essaie d'attirer de nouveaux partis, afin de grossir ses rangs au sein du Parlement.

La CRE est située à la droite du Parti populaire européen (PPE), qui est la première famille politique en Europe. Par ailleurs, la CRE est en concurrence directe avec le groupe de l'ELD, ce dernier étant à la droite de la droite du Parlement européen.

>> Pour suivre l’actualité sur le nouveau Parlement européen, cliquez ici.

  • Fin juin : date butoir pour former un groupe au sein du Parlement européen
  • 1er-3 juillet : première session plénière du Nouveau Parlement européen

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.