Les consommateurs ne connaissent pas les compteurs intelligents

kilowatt_meter.jpg

Une étude commandée par le ministère britannique de l'énergie et du changement climatique a récemment révélé que plus de la moitié de la population n'était pas au courant de l'existence des compteurs intelligents.

 

Plus de 51 % des 2396 consommateurs interrogés par l'équipe de recherche Ipsos Mori en Grande-Bretagne ont affirmé ne jamais avoir entendu parler des compteurs intelligents. Seul un consommateur sur quatre disposait au moins de quelques informations à ce sujet, 24 % des répondants en avaient déjà entendu parler, mais ne savaient pas de quoi il s'agissait et seuls 2 % ont répondu en savoir suffisamment.

 

La publication des résultats de cette étude coïncide avec le lancement de projets visant à déployer les compteurs intelligents dans les 30 millions de foyers britanniques entre 2014 et 2019.

 

Doutes

 

Le secteur affirme toutefois que cet objectif pourrait se révéler difficile à atteindre.

 

Mark England, directeur de Sentec, un fournisseur de compteurs intelligents et de technologies en lien avec ces systèmes, affirmait en mars 2012 qu'il ne serait pas possible d'installer des compteurs intelligents dans 65 % des ménages britanniques d'ici 2015.

 

« La structure dérégulée du marché britannique rend extrêmement difficile une action rapide et coordonnée dans le cadre d'une initiative telle que celle-ci », avait-il alors déclaré. « Il reste beaucoup de travail avant de pouvoir finaliser le cadre technique et réglementaire pour les compteurs intelligents. »

 

Les 27 Etats membres de l'UE sont censés présenter leurs analyses coût-bénéfice sur le déploiement des compteurs intelligents à la Commission européenne avant le 3 septembre. A l'horizon 2020, 80 % des consommateurs européens devraient être équipés de systèmes de compteurs intelligents.

 

Le déploiement de cette technologie pourrait changer la manière de fonctionner des marchés énergétiques dans l'Union. Les consommateurs devraient être à même de mieux contrôler leur consommation d'énergie grâce à des systèmes de demandes et réponses.

 

Les compteurs intelligents affichent la consommation d'énergie des ménages en temps réel, ce qui permet aux consommateurs de contrôler les fluctuations de leur consommation, tant sur place qu'à distance, grâce à des systèmes sans fil, à Internet et aux smartphones.

 

Dans la mesure où les ménages sont responsables de 40 % de la consommation énergétique, la Commission européenne estime que les compteurs intelligents seront un élément clé pour réduire la demande d'énergie et réduire les émissions de dioxyde de carbone qui y sont associées.

 

Qui en profite ?

 

Bien que ces objectifs justifient le déploiement massif des compteurs intelligents, les organisations de consommateurs craignent que les ménages ne sortent pas réellement gagnants de ce programme, car leurs économies risquent d'être compensées par la hausse du coût de l'énergie.

 

« Les compteurs intelligents peuvent bénéficier à certains consommateurs, mais nous doutons réellement qu'ils soient avantageux pour l'ensemble des consommateurs », a expliqué à EURACTIV Johannes Kleis du BEUC. Selon lui, les fournisseurs d'énergie pourraient «être les seuls à tirer profit » du déploiement des compteurs intelligents en Europe.

 

Si les analyses coût-bénéfice nationales prévues cette année prouvent qu'ils sont rentables, les compteurs intelligents pourraient bien devenir obligatoires dans l'UE. Les ménages à faibles revenus ne pourront toutefois pas réduire davantage leur consommation, car ils ne consomment déjà de l'énergie que pour leurs besoins les plus fondamentaux, a argué Monika Stajnarova, experte en compteurs intelligents pour le BEUC.

 

« Nous sommes contre le déploiement obligatoire [des compteurs intelligents] pour l'ensemble de la population. Certains consommateurs devront payer pour leur installation et n'en tireront pas profit. Les consommateurs doivent avoir le choix », a-t-elle affirmé à EURACTIV.

 

La société de conseil Brattle Group a estimé lors d'une étude en 2009 que le déploiement des compteurs intelligents dans les ménages européens coûterait 51 milliards d'euros d'ici 2020. Les économies d'énergie devraient être de l'ordre de 26 à 41 milliards d'euros, ce qui laisserait une marge de 10 à 25 milliards d'euros entre les bénéfices et les coûts.

 

Les compteurs intelligents sont combinés à des systèmes de communications permettant aux utilisateurs de contrôler leur consommation en temps réel.

 

Les directives sur le gaz et l'électricité du troisième paquet européen pour l'énergie, adopté en 2009, obligent les Etats membres à préparer un calendrier pour l'introduction de systèmes de compteurs intelligents.

 

Dans le cas de l'électricité, au moins 80 % des consommateurs devraient être équipés en compteurs intelligents d'ici 2020, suite à une évaluation coûts-bénéfices.

 

La directive sur la performance énergétique des bâtiments adoptée en novembre 2009 enjoint les Etats membres à développer des plans nationaux pour l'installation de compteurs intelligents (EURACTIV 18/11/09).

 

  • 3 sept. 2012 : date butoir pour que les pays de l'UE soumettent leur analyse coût-bénéfice.
  • Fin 2012 : Premiers résultats attendus en matière de normes européennes relatives aux compteurs intelligents.
  • D'ici 2020 : si l'analyse est positive, au moins 80 % des consommateurs seront équipés de systèmes de compteurs intelligents.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.