Les coulisses du Conseil européen en images

Le Conseil européen se tient à huis clos, mais des caméras diffusent en direct leurs retrouvailles. Photo EUCO

Parsemée de marques d’effusion, de poignées viriles et d’embrassades en tout genre, les retrouvailles des chefs d’État européens à Bruxelles sont toujours théatrales et tactiles. Portfolio à l’occasion du Conseil européen du 21 et 22 mars.

Les chefs d’État se retrouvent dans une gros bâtiment au coeur du quartier européen à Bruxelles.

 

 

La salle du Conseil se trouve dans une sphère, baptisée the Egg (l'Oeuf)

C’est plus précisément dans l’Oeuf (the Egg) que se trouve la salle du Conseil, une grande pièce aveugle à la moquette colorée.

 

C’est le Polonais Donald Tusk (à gauche), le président du Conseil, ici avec Juri Ratas, le Premier ministre estonien, qui accueille les chefs d’État. Des caméras immortalisent ces arrivées théâtrales.

 

Ces retrouvailles sont très tactiles. On s’embrasse entre hommes surtout, les femmes étant rares. ici Charles Michel, Premier ministre belge.

 

Il y a quand même la Haute représentante de l’UE aux affaires étrangères, Federica Mogherini, qui a toutefois tendance à garder ses interlocuteurs à distance.

 

Theresa May n’est pas rancunière : elle retrouve ici le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, qui vient de la comparer à un personnage du film Monty Python : Sacrée Graal.

 

Le Premier ministre bulgare, Boyko Borissov, ancien champion de karaté, tente une prise affectueuse auprès du cadet de l’assemblée, Sebastien Kurz, Premier ministre autrichien de 33 ans.

 

Le jeune Kurz sait déjà bien s’entourer. Ici, avec Marin Selmayr, le tout puissant secrétaire-général de la Commission européenne, redouté par les fonctionnaires européens.

 

La veste autrichienne du Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, est visiblement un bon outil pour briser la glace : cette fantaisie semble réjouir les chefs d’État autrichien et italien.

 

Souffrant d’une sciatique chronique, Jean-Claude Juncker s’est vite assis. La présidente lituanienne Dalia Grybauskaité a droit un baiser, assez courant chez le président de la Commission européenne.

 

Viktor Orban, Premier ministre hongrois, ne semble pas avoir beaucoup d’amis, mais garde le sourire. Après avoir violemment critiqué la Commission européenne, il vient d’être suspendu du parti de droite PPE. Juncker, lui,  aimerait l’en exclure.

 

Macron en retard

Tout le monde est là, Tusk a sonné sa clochette pour démarrer les hostilités. Mais le siège de la France reste désespérement vide.

 

Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui étaient en rencontre bilatérale, arrivent bons derniers, plusieurs minutes après le début de la première réunion.

Le Conseil peut enfin commencer.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.