Les Écossais manifestent pour l’indépendance et contre le Brexit

Même si la manifestation n’a pas eu le succès attendu, des milliers de personnes ont marché dans les rues de la plus grande ville écossaise, samedi 11 janvier. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Drapeaux écossais, tambours et cornemuses étaient de sortie samedi 11 janvier dans les rues de Glasgow, au milieu des banderoles Indyref 2020 (Indépendance en 2020), et autres « Je préfère être sous la pluie que dans le Royaume-Uni.» Dans la pluie et le vent, des milliers de personnes sont descendues hier dans les rues de la plus grande ville d’Écosse.

C’est beaucoup moins que ce qu’espéraient les organisateurs de la marche, l’association « All United under One Banner » (Tous unis sous le même drapeau.) Ceux-ci espéraient réunir jusqu’à 300 000 personnes, ce qui aurait fait de cette marche la plus importante depuis des décennies.

Non au Brexit

Les « All United under One Banner » voulaient en faire un test afin de déclencher un nouveau référendum d’indépendance. D’autres manifestations sont prévues dans le pays cette année.

L’Écosse compte demander un nouveau référendum sur l’indépendance

Le gouvernement écossais a annoncé qu’il solliciterait cette semaine l’organisation d’un nouveau référendum sur l’indépendance, après que le parti national écossais soit sorti renforcé des législatives du 12 décembre. Un article d’Euroefe.

Ces évènements sont la reprise d’un mouvement qui a culminé en 2014, lorsqu’un premier référendum pour ou contre l’indépendance a été organisé. Mais les Écossais, craignant les conséquences économiques d’une séparation, ont voté contre elle à 55 %.

Seulement aujourd’hui, beaucoup d’Écossais s’en mordent les doigts. Car le contexte a changé. En 2016, les Britanniques se sont prononcés en faveur du Brexit. Enfin, pas tous les Britanniques. Les Écossais, eux, ont voté à 62 % en faveur du maintien dans l’Europe. Et il y a un mois, les indépendantistes du Scottish National Party ont remporté haut la main les élections législatives, avec 80 % des élus, soit 48 sièges sur 59 au Parlement de Westminster.

Lire la suite sur Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.