Les Écossais ne veulent pas d’un nouveau vote sur l’indépendance

Centre d'Édimbourg [@AlexeyFedorenko/shutterstock]

La plupart des Écossais ne veulent pas que soit organisé un nouveau référendum sur l’indépendance de la Grande-Bretagne, selon une enquête menée par l’institut Kantar.

Fin mars, le Parlement écossais a autorisé la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon à organiser un nouveau référendum sur l’indépendance, entre l’automne 2018 et le printemps 2019, une fois les conditions du « Brexit » connues.

L’Angleterre et le Pays de Galles ont voté en majorité pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 23 juin dernier, mais l’Écosse et l’Irlande du Nord se sont prononcées contre.

Pour le gouvernement écossais décentralisé, dirigé par le Scottish National Party (SNP), ces résultats justifient la tenue d’un nouveau référendum sur l’indépendance, perspective à laquelle s’oppose Londres.

L’Écosse s’achemine vers un nouveau référendum à la veille du Brexit

Alors que Londres doit déclencher la procédure du Brexit le 29 mars, les députés écossais vont donner leur feu vert à un nouveau référendum d’indépendance en Écosse, susceptible de dynamiter le Royaume-Uni.

Mais, à en croire Kantar, qui a interrogé 1 060 personnes après le feu vert accordé à Nicola Sturgeon, le Brexit n’a pas galvanisé le mouvement indépendantiste.

Les personnes interrogées ne sont en effet que 26 % à vouloir un référendum entre l’automne 2018 et le printemps 2019. Un total de 18 % veulent que la consultation soit organisée plus tard. Mais 46 % des personnes sondées ne veulent pas d’un nouveau référendum.

Lors d’un précédent scrutin en 2014, les Écossais ont voté à 55 % contre l’indépendance.

Cette question sera au centre de la campagne électorale en Écosse à l’occasion du scrutin législatif organisé le 8 juin en Grande-Bretagne.

Toujours selon Kantar, parmi les personnes qui se disent certaines d’aller voter lors d’un éventuel nouveau référendum sur l’indépendance, 55 % se prononceraient contre, 37 % pour, le nombre d’indécis étant de 8 %.

Selon des enquêtes d’opinion, le SNP devrait rester le premier parti d’Écosse à l’issue des élections législatives, mais les conservateurs pourraient gagner un peu de terrain sur le SNP.

Le risque d’un référendum écossais se précise

Selon Nicola Sturgeon, le projet d’abandonner le marché unique européen augmente les chances d’un nouveau référendum sur l’indépendance. La Première ministre écossaise souhaite que sa région choisisse un « avenir différent » à celui du Royaume-Uni. Un article de notre partenaire Euroefe.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.