Les ressortissants de l’UE vivant en Irlande devront obtenir une autorisation de voyage à la frontière

Les ressortissants de l’UE vivant en Irlande devront demander une exemption de visa appelée autorisation électronique de voyage (Electronic Travel Authorisation ou ETA en anglais), avant d’entrer au Royaume-Uni, y compris pour franchir la frontière terrestre avec l’Irlande du Nord. [Stephen Barnes/Shutterstock]

Conformément à la nouvelle législation britannique sur l’immigration adoptée cette semaine, les citoyens de l’Union européenne de la République d’Irlande devront d’abord demander une autorisation de voyage au Royaume-Uni avant de pouvoir se rendre en Irlande du Nord.

En vertu du projet de loi sur la nationalité et les frontières du gouvernement de Boris Johnson, les ressortissants de l’UE vivant en Irlande devront demander une exemption de visa semblable à celle des États-Unis, appelée autorisation électronique de voyage (Electronic Travel Authorisation ou ETA en anglais), avant d’entrer au Royaume-Uni, y compris pour franchir la frontière terrestre avec l’Irlande du Nord. L’ETA s’appliquera également aux ressortissants de l’UE qui souhaitent entrer en Grande-Bretagne.

Le projet de loi, qui s’inscrit dans le cadre de la refonte de la législation britannique sur l’immigration post-Brexit, a été adopté par la Chambre des communes mercredi et passe maintenant à la chambre haute du Parlement britannique, la Chambre des lords.

Bien que le Royaume-Uni et l’Irlande disposent d’une zone de voyage commune qui permet à leurs citoyens de se rendre librement dans l’autre pays, cette zone ne couvre pas les ressortissants européens non irlandais. À la Chambre des Lords, les partis d’opposition devraient à nouveau déposer un amendement visant à exempter les voyages sur l’île d’Irlande de l’obligation d’obtenir l’ETA.

Mercredi, le ministre de l’Immigration, Kevin Foster, a indiqué aux législateurs que les nouveaux documents étaient en réalité « un simple formulaire à remplir en ligne, et une fois que c’est fait, c’est assez facilement renouvelable ».

Les personnes qui doivent remplir le formulaire « s’habitueront probablement à l’idée de devoir remplir quelque chose pour se rendre au Royaume-Uni », a ajouté M. Foster.

Cependant, les communautés situées autour de la frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, depuis lesquelles des milliers de personnes font la navette entre les deux pays chaque jour, se sont plaintes d’être particulièrement affectées par cette nouvelle mesure.

Comme il n’y a pas de frontière rigide entre l’Irlande du Nord et la République, il est difficile de voir comment ce système pourrait être contrôlé efficacement, d’autant plus que les ministres britanniques ont déclaré que les documents ne seraient pas vérifiés à la frontière terrestre.

Claire Hanna, députée du SDLP, un parti nationaliste modéré d’Irlande du Nord, a averti que la loi proposée pourrait instaurer « un climat d’incertitude ».

« En gros, c’est comme si nous disions aux gens : “vous ne vous ferez pas prendre” », a-t-elle estimé.

Le système devrait entrer en vigueur en 2025, mais on ne sait pas encore comment il sera appliqué, combien il coûtera et si les demandes seront automatiquement approuvées ou pas.

Malgré la fin de la libre circulation après que le Royaume-Uni a quitté le marché unique de l’UE en janvier, les voyageurs britanniques à destination de l’UE n’ont pas besoin de visa à l’heure actuelle, à condition que la Grande-Bretagne accorde également un accès sans visa aux ressortissants de l’UE.

Toutefois, à partir de 2022, les Britanniques devront obtenir une exemption de visa dans le cadre du nouveau système européen d’information et d’autorisation concernant les voyages (ETIAS), pour lequel ils devront payer une petite somme.

L'Irlande recevra la plus grande partie du fonds européen pour le Brexit

La Commission européenne a approuvé le financement de la réserve pour l’ajustement au Brexit. L’Irlande recevra 920,4 millions d’euros pour faire face aux conséquences économiques du départ du Royaume-Uni de l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe