L’Irlande accueille favorablement les propositions de l’UE sur le protocole nord-irlandais

Les mesures proposées par Bruxelles réduiraient considérablement les procédures douanières sur les marchandises circulant entre l’UE et le Royaume-Uni, un sujet de débat intense et de tensions croissantes ces derniers mois. [OLIVIER HOSLET/EPA]

Le gouvernement irlandais a exprimé son soutien aux propositions de protocole de l’UE sur l’Irlande du Nord, publiées cette semaine.

Le ministre des Affaires étrangères, Simon Coveney, a remercié le vice-président de la Commission, Maroš Šefčovič, en déclarant que « la Commission européenne a écouté les préoccupations de la population d’Irlande du Nord et a formulé des propositions ambitieuses qui répondent de manière exhaustive aux questions pratiques et réelles qui comptent le plus pour elle. »

Les mesures proposées par Bruxelles réduiraient considérablement les procédures douanières sur les marchandises circulant entre l’UE et le Royaume-Uni, un sujet de débat intense et de tensions croissantes ces derniers mois.

Le Taoiseach Micheál Martin a applaudi le travail et l’engagement de M. Šefčovič sur le sujet en Irlande, déclarant que « la Commission européenne a maintenant démontré qu’elle est vraiment ouverte et désireuse d’apporter une résolution à ce sujet… Je pense qu’il y a une réelle responsabilité pour toutes les parties, y compris le gouvernement britannique, de s’engager de manière responsable et sérieuse avec ce paquet. »

Avant la publication des propositions, le gouvernement britannique a déclaré que le protocole devait être corrigé sous peine d’être « abandonné ».

En Irlande du Nord, cependant, les louanges de l’accord n’ont pas été aussi nombreuses. Le chef du parti unioniste démocratique, Jeffrey Donaldson, a déclaré que les changements « ne sont pas à la hauteur de ce qui est nécessaire ».

« Les solutions à court terme ne résoudront pas les problèmes qui ont assailli le marché intérieur du Royaume-Uni », a-t-il ajouté.

Pêche post-Brexit : 11 pays, dont la France, signent une déclaration commune contre les réponses du Royaume-Uni

Onze pays, dont la France qui appelait à un front européen contre Londres après les décisions britanniques sur les licences de pêche, ont signé lundi (11 octobre) une déclaration commune critiquant les réponses du Royaume-Uni dans ce dossier.

Subscribe to our newsletters

Subscribe