L’UE envisage la réunification de l’Irlande après le Brexit

Belfast pourrait rejoindre la République d'Irlande. [Henryk Sadura/Shutterstock]

Lors du sommet du 29 avril, les dirigeants de l’UE aborderont la question d’une adhésion automatique de l’Irlande du Nord à l’UE, une fois le Brexit finalisé, dans l’hypothèse où elle serait réunifiée avec la République d’Irlande, selon des sources européennes.

L’Irlande devrait demander à ses partenaires d’endosser l’idée d’une adhésion automatique en cas de réunification au cours de leur rencontre à 27 à Bruxelles samedi. Les États membres doivent aussi décider du cahier des charges pour les négociations à venir avec Londres dans le cadre du Brexit.

« Nous nous attendons à ce que l’Irlande demande samedi à ce qu’un passage soit ajouté aux minutes de la réunion du Conseil européen, passage qui stipulerait qu’en cas de réunification de l’île d’Irlande, dans le cadre de l’accord de paix pour l’Irlande du Nord, dit du Vendredi Saint [du 10 avril 1998], l’Irlande unie serait alors membre de l’UE », a déclaré à l’AFP une source auprès du Conseil.

Brexit : Paris se rapproche de Dublin

L’Irlande, de loin le pays européen le plus étroitement lié au Royaume-Uni, s’annonce comme une des clés de la négociation dont la France veut faire un allié. Un article de notre partenaire La Tribune.

« Nous ne pensons pas que cela modifiera le cahier des charges lui-même, mais que ce sera seulement un ajout aux minutes de la réunion », a précisé cette source, sous le sceau de l’anonymat.

Le choix du Brexit, qui va entraîner la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, a reposé la question sensible de l’avenir de l’Irlande du Nord et de sa frontière avec l’Irlande.

L’Irlande ne veut pas de frontière avec le Royaume-Uni après le Brexit

Enda Kenny, Premier ministre irlandais, considère que les frontières de son pays avec le Royaume-Uni, notamment l’Irlande du Nord, devraient permettre la libre circulation des personnes après le Brexit. Un article d’EURACTIV Espagne.

« Une évidence »

L’UE estime que les questions concernant l’Irlande du Nord sont parmi celles qui doivent être réglées dans le cadre des négociations du Brexit entre Londres et Bruxelles, et ce avant que puissent commencer les discussions sur un futur accord commercial entre le Royaume-Uni et l’UE.

Bruxelles a précisé que s’il était effectivement ajouté samedi, un « texte Kenny », du nom du Premier ministre irlandais, Enda Kenny, ne changerait en rien la situation de l’Irlande et de l’Irlande du Nord: « Il ne ferait que confirmer une évidence, qu’une (éventuelle) Irlande unie continuerait à être membre de l’Union européenne », a précisé la source d’AFP au sein du Conseil européen.

« L’UE bien sûr ne prend pas position sur la possibilité d’une Irlande unie. Si cette question devait se poser, ce serait aux peuples d’Irlande et d’Irlande du Nord de décider, conformément à l’accord dit du Vendredi Saint », a poursuivi cette source.

Par contre, une fois le Brexit acté, l’Écosse devrait, elle, faire une demande formelle d’adhésion à l’UE si elle devait un jour devenir indépendante de l’Angleterre et du reste du Royaume-Uni, a toujours rappelé l’UE.

L’Écosse s’achemine vers un nouveau référendum à la veille du Brexit

Alors que Londres doit déclencher la procédure du Brexit le 29 mars, les députés écossais vont donner leur feu vert à un nouveau référendum d’indépendance en Écosse, susceptible de dynamiter le Royaume-Uni.

Le cahier des charges concernant les négociations du Brexit que doivent adopter les 27 samedi à Bruxelles ne comporte pour l’instant qu’une mention très générale de l’Irlande du Nord, précisant que « des solutions flexibles et imaginatives seront requises, avec pour but d’éviter une frontière en dur » entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord.

L'Irlande, victime collatérale du Brexit

La République aurait fort à pâtir de la mise en place d’une frontière physique avec l’Ulster, sa sœur du nord. Déjà, la chute de la livre sterling fait souffrir son économie. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.