L’UE ne peut pas « faire confiance » au Royaume-Uni d’après le ministre irlandais des affaires étrangères

Le ministre des affaires étrangères irlandais Simon Coveney hausse le ton après que le Royaume-Uni a décidé unilatéralement de prolonger jusqu'en octobre de la période de grâce pour des contrôles frontaliers plus stricts en mer d'Irlande [EPA/FILIP SINGER]

L’Union européenne « ne peut tout simplement pas faire confiance » au Royaume-Uni après sa dernière violation du protocole sur l’Irlande du Nord, a déclaré le ministre irlandais des affaires étrangères Simon Coveney à RTE Radio 1, en référence à la prolongation jusqu’en octobre de la période de grâce accordée par le Royaume-Uni pour des contrôles frontaliers plus stricts en mer d’Irlande, au lieu de les mettre en œuvre ce mois-ci comme convenu.

Si le Royaume-Uni insiste pour prendre des mesures unilatérales et refuse de s’en tenir à l’accord, l’UE n’a pas d’autre choix que de prendre des mesures juridiques, a déclaré Simon Coveney.

« Ce n’est pas ce que nous voulons, mais c’est là où le Royaume-Uni nous conduit », a déclaré le ministre des affaires étrangères, ajoutant que « si l’on ne peut pas faire confiance au Royaume-Uni parce qu’il a pris des mesures unilatérales, il ne laisse aucune option à l’UE ».

Brexit : levée de boucliers de l'UE après l'extension des délais de contrôles à la frontière nord-irlandaise

L’Union européenne a accusé le gouvernement britannique d’enfreindre le droit international après qu’il a décidé de prolonger unilatéralement les délais de grâce pour les contrôles à la frontière de la mer d’Irlande.

L’accord entre l’UE et le Royaume-Uni signifie que certaines marchandises sont contrôlées lorsqu’elles passent par le Royaume-Uni et l’Irlande du Nord. Cette méthode a été critiquée par les syndicalistes et les conservateurs au Royaume-Uni.

La commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuinness, est intervenue également, qualifiant le comportement du Royaume-Uni d’inapproprié, notant qu’il fallait le dénoncer.

« Nous essayons de résoudre un problème que nous n’avons pas créé, il a été causé par Brexit », a-t-elle déclaré, confirmant que la Commission européenne s’efforce de résoudre ces problèmes.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer