Pavés et cocktails molotov à Belfast qui s’embrase à cause du Brexit

Les policiers ont eu recours à un imposant canon à eau lorsqu’un groupe d’hommes a tenté de forcer la barricade à l’aide d’une voiture vandalisée. [EPA-EFE/Mark Marlow]

Pierres et cocktails molotov contre canons à eau : police et émeutiers ont continué de s’affronter tard dans la nuit de jeudi (8 avril) à vendredi (9 avril) à Belfast, où le Brexit ébranle un fragile équilibre entre communautés.

Des centaines de jeunes hommes et adolescents se sont rassemblés dès le début de soirée jeudi dans un quartier de l’ouest de la ville, sujette à de vives tensions politiques et liées au Brexit. Certains avaient empilé des briques dans un chariot de supermarché, a constaté un journaliste de l’AFP. Les habitants se montraient peu enclins à parler.

Masqués, coiffés de cagoules, ils ont catapulté des pierres, briques, pétards et bouteilles en direction des barrages érigés par la police anti-émeutes à l’aide de leurs Land Rover blindées. Une épaisse fumée noire s’élevait par endroits après l’explosion de cocktails molotov.

Armés de matraques et de boucliers, les forces de l’ordre ont repoussé les émeutiers, tandis que les habitants du quartier étaient réduits à contempler le spectacle derrière leurs fenêtres.

Les policiers ont eu recours à un imposant canon à eau lorsqu’un groupe d’hommes a tenté de forcer la barricade à l’aide d’une voiture vandalisée.

Usant de hauts-parleurs, les forces de l’ordre ont appelé les manifestants à se disperser sous peine d’arrestation: « Il pourra être fait usage de la force », a prévenu une voix féminine dans le micro.

La police avait par ailleurs tenté de faire appel à des personnes influentes de la communauté pour qu’elles dissuadent les habitants de se joindre aux émeutes.

Brexit : levée de boucliers de l'UE après l'extension des délais de contrôles à la frontière nord-irlandaise

L’Union européenne a accusé le gouvernement britannique d’enfreindre le droit international après qu’il a décidé de prolonger unilatéralement les délais de grâce pour les contrôles à la frontière de la mer d’Irlande.

Quelques dizaines de personnes âgées, hommes et femmes, se sont rassemblées jeudi près des sites où avaient eu lieu les violences de la veille, empêchant de laisser les émeutiers s’approcher ou éteignant un feu à proximité.

Les violences des derniers jours ont déjà fait plus de 50 blessés dans la police et font resurgir le spectre des trois décennies sanglantes des « Troubles » entre républicains, principalement des catholiques partisans de la réunification avec l’Irlande, et unionistes protestants, qui ont fait 3 500 morts.

« Trahison » de Londres

La semaine dernière, des violences avaient d’abord éclaté dans la ville de Londonderry, avant de gagner un quartier loyaliste de Belfast et ses environs pendant le week-end de Pâques.

Le Brexit est venu fragiliser le délicat équilibre dans la province, en nécessitant l’introduction des contrôles douaniers entre Royaume-Uni et Union européenne.

Destinés à éviter le retour d’une frontière physique entre la province britannique et la République d’Irlande, membre de l’UE, les contrôles se tiennent dans les ports nord-irlandais.

Malgré une période de grâce pour permettre aux entreprises de s’adapter, ces nouvelles dispositions perturbent les approvisionnement et sont dénoncées par les unionistes comme une frontière entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne, et une trahison de la part de Londres.

Attisant les tensions, les autorités nord-irlandaises ont décidé de ne pas poursuivre des responsables du parti républicain Sinn Fein qui avaient assisté aux obsèques d’un ancien chef paramilitaire malgré les restrictions contre le coronavirus.

Brexit : autorisations prolongées pour les pêcheurs français à Jersey et Guernesey

Les autorisations pour les pêcheurs français d’accéder aux îles anglo-normandes de Jersey et Guernesey ont été prolongées jusqu’au 30 juin, sous conditions, a annoncé mercredi soir le ministère français de la Mer.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer