Pour Pierre Moscovici, « la balle est dans le camp britannique »

[EPA-EFE/FLORIAN WIESER]

C’est ce qu’a déclaré dimanche le commissaire européen Pierre Moscovici, à 33 jours du Brexit, et alors que l’Union européenne est restée inflexible sur une réouverture de l’accord de divorce rejeté par le Parlement britannique en janvier. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

« On a envie de dire, « Messieurs les Anglais, tirez les premiers ! » », a ajouté l’ex-ministre de l’Économie et des Finances (2012-2014) du gouvernement socialiste de François Hollande, lors de l’émission « Le Grand Rendez-Vous » organisée par Europe 1, Cnews et Les Échos.

Il a martelé que ce sont « les Britanniques qui ont voté pour le Brexit ». « Ils vont quitter l’UE, c’est leur choix souverain et ce sera le 29 mars », a-t-il dit en réponse à des questions sur un possible report.

Barnier n’exclut pas un report de la date du Brexit

Le négociateur en chef de l’UE  a déclaré vendredi qu’il n’excluait pas un report de la date de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, fixée au 29 mars, mais que c’était aux dirigeants européens d’en décider.

« On sait qu’ils ne veulent pas de l’accord tel qu’il est, même si ce n’est pas loin d’être le meilleur possible, et ils ne veulent pas non plus d’un no deal  (absence d’accord), c’est-à-dire une sortie désordonnée », a-t-il rappelé. « Dans les 33 jours qui restent, ils doivent dire ce qu’ils veulent ».

Désormais, selon M. Moscovici, « c’est un problème politique » du côté des Britanniques : « il faut que le parlement arrive à se prononcer sur une motion majoritaire ». Pour le reste, sur le plan pratique, « tout a été prévu dans les discussions depuis 3 ans, des dizaines de milliers de documents ont été établis ».

Dans l’hypothèse d’un « no deal »…

Son scénario préféré reste celui de l’application de l’accord âprement négocié avec Londres pendant près d’un an et demi, qui permettrait que « la vie continue », avec l’ouverture d’une période de transition, sans changements douaniers dans un premier temps.

>> Lire la suite sur Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe