Réserve d’ajustement au Brexit : l’Allemagne et la France parmi les mieux dotées

La clé de répartition de la première tranche des cinq milliards d’euros de la réserve d’ajustement au Brexit, créée par Bruxelles pour atténuer l’impact de la sortie du Royaume-Uni de l’UE dans les secteurs les plus exposés, est désormais connue. Un article d’Euractiv Italie.

En 2021, l’Italie recevra 82,2 millions d’euros provenant du fonds européen d’aide aux entreprises les plus touchées par le Brexit.  Au total, la réserve d’ajustement dispose de 5 milliards d’euros. Les principaux bénéficiaires de la première tranche sont l’Irlande (991,2 millions d’euros), les Pays-Bas (713,7 millions d’euros), l’Allemagne (429,1 millions d’euros), la France (396,5 millions d’euros) et la Belgique (305,5 millions d’euros). Ces chiffres ont été publiés mercredi 13 janvier par Elisa Ferreira, la commissaire européenne à la cohésion.

En 2021, 4 milliards seront distribués sous forme de préfinancements. La deuxième tranche d’un milliard sera débloquée en 2024.

Après le Brexit, des ajustements plus ou moins compliqués dans les échanges commerciaux

Plus de sandwichs dans les rayons d’un supermarché britannique emblématique à Paris, impossible pour les Britanniques d’accéder à leurs séries préférées en streaming sous le soleil espagnol, approvisionnements suspendus, complications fiscales… Des entreprises et des consommateurs font face à une série de couacs dans les échanges commerciaux trans-Manche, quelques jours après le Brexit.

Ces ressources permettront aux États européens de financer des mesures de soutien spécifiques en faveur des entreprises et des secteurs économiques les plus touchés. Une partie des fonds pourra également être allouée à la réinsertion sur le marché du travail des citoyens revenant du Royaume- Uni, ou aux procédures douanières et aux contrôles sanitaires et phytosanitaires des marchandises.

L’accord de libre-échange conclu entre l’UE et le Royaume-Uni a permis de sauver quelque 25 milliards d’euros d’exportations italiennes, dont 3,4 milliards de denrées alimentaires. Le Royaume-Uni est en effet le quatrième marché d’exportation des produits italiens, qui risquaient d’être frappés par des droits de douane de 3 % en moyenne. En cas de « no deal », les taxes auraient même pu atteindre 30% pour certains produits alimentaires.

Brexit : c’est historique, un accord commercial est enfin trouvé entre Européens et Britanniques

Le Royaume-Uni et l’Union européenne ont finalement réussi à trouver un accord sur leurs futures relations post-Brexit. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Avec le Brexit, le Royaume-Uni est cependant devenu un marché totalement distinct. Ce qui entraînera un certain nombre de conséquences, même si elles sont atténuées par l’accord du 24 décembre. C’est Londres qui paiera le prix fort, mais les entreprises européennes seront également confrontées à des pertes et à des désagréments importants liés aux formalités douanières, aux certifications, aux contrôles des produits et surtout à l’inévitable augmentation des coûts logistiques.

Pour se voir allouer des ressources de la réserve d’ajustement au Brexit, les États membres doivent démontrer le lien direct entre leurs revendications et la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Les rapports des pays sont examinés par la Commission, qui pourra également récupérer tout montant indu ou non utilisé si nécessaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe