Therese May ne renoncera pas à son poste

epa06368522 British Prime Minister Theresa May waits to welcome Spanish Prime Minister Mariano Rajoy (not pictured) to 10 Downing Street in London, Britain, 05 December 2017. Media reports state that the two leaders are expected to discuss the current negotiations around Brexit and the ongoing situation in Catalonia. EPA-EFE/ANDY RAIN

Une nouvelle fois confrontée aux appels à la démission de ceux qui contestent son approche du Brexit, la Première ministre britannique, Theresa May, a redit mercredi qu’elle resterait en poste.

La Premier ministre a affirmé qu’elle irait au bout des deux missions qui lui sont selon elle imparties : réussir la sortie de l’Union européenne et mener des réformes d’envergure.

Ces derniers jours, plusieurs personnalités du Parti conservateur, dont Theresa May est issue, ont appelé à sa démission. Certains lui reprochent d’être trop timorée dans les négociations avec Bruxelles tandis que d’autres lui reprochent au contraire de mettre en péril l’économie britannique en ne se montrant pas suffisamment accommodante avec Bruxelles.

Les lignes rouges de l'UE sur la période post-Brexit déstabilisent Londres

L’UE exige que le  Royaume-Uni continue d’appliquer toutes les règles européennes au cours de la phase de transition post-Brexit souhaitée par Londres.

« Je vous l’ai déjà dit, je ne me dégonflerai pas et il y a un travail à long terme qui doit être fait », a-t-elle déclaré à des journalistes.

« Ce travail consiste à obtenir le meilleur accord de Brexit, de faire en sorte que nous puissions reprendre le contrôle de notre argent, de nos lois, de nos frontières, de conclure des accords commerciaux avec le reste du monde. Mais il s’agit aussi de politique intérieure », a-t-elle ajouté.

Ces propos ont été recueillis lors d’un point presse organisé à bord de l’avion de la Royal Air Force qui la conduisait en Chine où la dirigeante britannique doit rencontrer le président Xi Jinping.

Theresa May entend se servir de cette visite pour entamer le travail de négociations qui devra être fait avec Pékin lorsque la Grande-Bretagne aura quitté l’Union européenne et qu’elle voudra obtenir un accès aux marchés chinois.

Selon la presse britannique, le nombre de parlementaires conservateurs ayant rédigé des courriers de défiance à l’encontre de la Première ministre approche du seuil susceptible d’entraîner une remise en question de son leadership.

Brexit: l'UE «toujours ouverte» à un changement d'avis des Britanniques

Les dirigeants de l’Union européenne ont assuré mardi que la porte restait « ouverte » pour une éventuelle volte-face des Britanniques sur le Brexit, même si l’option d’un nouveau referendum a été écartée par la Première ministre Theresa May.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER