UKIP reproche aux eurodéputés les morts de la crise ukrainienne

L'eurodéputée UKIP Janice Atkinson. [UKIP/YouTube]

Les eurodéputés ont « directement encouragé » la mort de jeunes Ukrainiens en intervenant dans la crise ukrainienne, a affirmé Janice Atkinson, une élue controversée du parti d’extrême-droite UKIP. Des déclarations fermement démenties par les principaux partis du Parlement.

« L’UE n’a aucunement le droit d’intervenir en Ukraine », a affirmé Janice Atkinson, eurodéputée du sud-est de l’Angleterre le 15 janvier lors d’un débat au Parlement européen. « L’UE a provoqué l’ours russe, qui a réagi, et cela a mené à la mort de jeunes gens courageux, mort directement encouragée par mes collègues [du Parlement]. »

UKIP, le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, s’est exprimé de manière « inhabituelle » sur une  résolution sur l’Ukraine en votant en faveur de la suppression de l’accord d’association avec Kiev,  à  a expliqué la Britannique.

La majorité des eurodéputés avait  voté en faveur de la ratification de l’accord d’association UE-Ukraine par tous les États membres avant le sommet de Riga sur le Partenariat oriental du mois de mai. Dans la même résolution, ils condamnent la Russie et expriment leur soutien potentiel à des sanctions plus strictes.

Les déclarations de Janice Atkinson ont été critiquées par le Parti populaire européen et les Socialistes et Démocrates, les deux plus grands groupes parlementaires.

>> Lire : Iatseniouk se félicite de la chute du baril de pétrole, une sanction efficace contre la Russie

//www.youtube.com/embed/0MP16VL3xs8

« Des eurodéputés comme le chef de file de l’ALDE, Guy Verhofstadt, se sont rendus à Kiev et ont fait des discours très provocateurs. Ces eurodéputés et des personnalités comme l’Américain John McCain doivent accepter la responsabilité de la réaction qu’ils ont causée. » a renchéri le porte-parole de UKIP, Herman Kelly, contacté par EURACTIV. Guy Verhofstadt n’a pas commenté les accusations de Janice Atkinson.

En février 2014, Guy Verhofstadt s’était rendu place Maiden, à Kiev, et adressé aux manifestants anti-gouvernement. Plus tard, des snipers de la police ont tiré sur les manifestants. Après la fuite du président ukrainien de l’époque, Viktor Ianoukovitch, soutenu par Moscou, la crise ukrainienne a alors dégénéré, et la Russie a annexé les territoires de Crimée.

 

//www.youtube.com/embed/rQnXo2HMriQ

« Propagande de bas étage »

Un représentant du S&D a qualifié ces accusations de « propagande de bas étage ». « La vérité, c’est que pour une fois l’UE a eu une réaction unie et rapide en imposant des sanctions. Nous souhaitons juste que le droit international soit respecté. »

Même son de cloche au PPE, où l’on rejette les accusations selon lesquelles l’intervention de l’UE aurait causé la guerre en Ukraine.

Elmar Brok, président de la commission parlementaire sur les affaires étrangères, a également réagi : « on dirait que tout le monde est responsable de la crise, sauf la Russie. C’est cependant un fait : la Russie est entrée dans un pays libre et en a annexé une partie. »

Jacek Saryusz-Wolski, négociateur du PPE pour cette résolution, estime quant à lui que « l’UE doit être préparée à offrir une réponse forte et décisive à la crise ukrainienne, qui résulte de l’agression et de l’occupation [de territoire ukrainien] par la Russie ». « Souvent, nous n’en faisons pas assez, ou nous réagissons trop tard, et de manière timide […] Nous n’appelons pas toujours un chat un chat – une guerre une guerre et le terrorisme terrorisme, par exemple. »

Controverse

En septembre, le chef de file de UKIP, Nigel Farage, avait déjà provoqué une controverse en déclarant que le président russe, Vladimir Poutine, était le chef d’État qu’il admirait le plus. Peu après, il a affirmé devant le Parlement européen que la préparation de l’accord d’association avec l’Ukraine revenait à jouer avec la patience de Poutine et pourrait mener à une guerre.

//www.youtube.com/embed/9uNsXEu8ljM

Ce n’est pas non plus la première fois que Janice Atkinson se trouve au cœur d’une polémique. En août 2014, elle avait été qualifiée de raciste après avoir appelé une supportrice d’origine thaïe de UKIP « une Ting Tong de je ne sais où ». Sa remarque avait été enregistrée par une équipe locale de la BBC, à qui elle venait d’accorder une interview. 

Ting Tong (« fou » en thai) est le nom d’un personnage comique de la série populaire Little Britain, qui échange rapports sexuels contre l’obtention d’un permis de résidence britannique, entre autres.

Élue lors des élections de 2014, Janice Atkinson est un membre suppléant de la commission parlementaire des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, notamment chargée de la protection des minorités.

En Ukraine, les combats continuent

Les combats ont encore fait rage autour de l’aéroport international de la ville ukrainienne de Donesk le 16 janvier, mettant fin à une tentative de reprise des négociations censée rétablir la paix dans la province séparatiste.

Six soldats ukrainiens auraient été tués et dix-huit autres blessés dans la nuit, lors de l’attaque menée par les séparatistes. Un septième soldat a été tué près de l’aéroport, selon des sources officielles de l’armée, citée par Reuters.

>> Lire : Le gaz circule mais la crise se poursuit en Ukraine

La crise ukrainienne a éclaté quand l'ancien président Viktor Ianoukovitch a annulé le projet d'accord d'association avec l'UE en novembre 2013. Il a préféré se rapprocher de la Russie, engendrant des vagues de protestation qui ont parfois violemment dégénéré et sa destitution en tant que chef d'État.

Moscou a annexé la Crimée en mars à la suite d'un référendum après que les troupes russes se soient emparées du pouvoir dans la péninsule sur la mer Noire. Il s'agit de la crise la plus importante entre la Russie à l’Occident depuis la fin de la guerre froide.

Les militants prorusses contrôlent des bâtiments dans plus de dix villes de l'Est ukrainien après avoir s'être soulevés le 6 avril dernier. Le 11 mai, les rebelles prorusses avaient affirmé avoir remporté une victoire éclatante lors d'un référendum à Donetsk. Pour l'Occident, il s'agit d'un référendum illégal et illégitime.

Le conflit s’est fort aggravé après que le président ukrainien Petro Porochenko a lancé l'assaut contre les séparatistes. L'UE a renforcé les sanctions contre la Russie après qu'un avion de Malaysia Airlines a été abattu au-dessus de l'Ukraine, tuant 298 passagers.194 de ces passagers étaient Néerlandais.

Les leaders occidentaux affirment que les rebelles prorusses avaient très probablement tiré par erreur un missile sol-mer fourni par la Russie. Moscou accuse Kiev d'être à l'origine du drame.

Le 27 août, l'OTAN et les États-Unis ont déclaré que des incursions russes ont eu lieu « de façon ouverte et non dissimulée ». Le 28 août, le président Petro Porochenko affirmait que son pays faisait l'objet d'une invasion russe.

>> Lire : La Russie prend le contrôle de la Crimée malgré les menaces de sanction

Parlement européen

UKIP

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer