Un rapport souligne le « mépris impérieux » de Boris Johnson pour le reste du Royaume-Uni

« La pandémie a jeté une lumière dure et impitoyable sur les relations peu développées, et souvent méfiantes, entre les gouvernements décentralisés et le gouvernement britannique », indique le rapport. [NEIL HALL/EPA]

Le Brexit et le statut de Boris Johnson en tant que Premier ministre « qui ne parle que pour l’Angleterre » ont augmenté les chances d’éclatement du Royaume-Uni, selon un nouveau rapport de l’ancien haut fonctionnaire britannique chargé du Brexit.

Philip Rycroft, qui a été secrétaire permanent au ministère de la sortie de l’Union européenne jusqu’en 2019, a averti dans un rapport de l’Université de Cambridge publié lundi (12 avril) que le « mépris impérieux » du gouvernement britannique pour les gouvernements décentralisés d’Écosse, du Pays de Galles et d’Irlande du Nord alimentait les divisions au sein du Royaume-Uni.

Ces divisions ont été accentuées par la pandémie de Covid car les soins de santé sont une compétence dévolue, ce qui signifie qu’il existe différentes approches politiques dans les quatre nations du Royaume-Uni.

« La pandémie a jeté une lumière dure et impitoyable sur les relations peu développées, et souvent méfiantes, entre les gouvernements décentralisés et le gouvernement britannique », indique le rapport.

L’Écosse se rapproche d’un second référendum sur l’indépendance, tandis que les tensions se sont accrues en Irlande du Nord, provoquant des journées successives d’émeutes la semaine dernière, en partie à cause des conditions de l’accord sur le Brexit.

Pavés et cocktails molotov à Belfast qui s'embrase à cause du Brexit

Pierres et cocktails molotov contre canons à eau : police et émeutiers ont continué de s’affronter tard dans la nuit de jeudi (8 avril) à vendredi (9 avril) à Belfast, où le Brexit ébranle un fragile équilibre entre communautés.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer