Un sondage donne la victoire aux indépendantistes en Écosse

Moutons sur une route en Ecosse - Copyright: Lichtmeister/shutterstock

Moutons sur une route en Ecosse - Copyright: Lichtmeister/shutterstock

Les partisans de l’indépendance en Ecosse sont pour la première fois majoritaires avec  51% des intentions de vote contre 49% aux défenseurs d’un maintien dans le Royaume-Uni, selon un sondage YouGov pour le Sunday Times.

À moins de deux semaines du référendum du 18 septembre, les indépendantistes prennent l’avantage alors qu’ils accusaient un retard de 22 points sur les unionistes, les opposants à la séparation d’avec le Royaume-Uni, il y a encore un mois.

Le journal britannique Sunday Times a annoncé le résultat du sondage, qui donne les indépendantistes majoritaires avec  51% des intentions de vote contre 49% pour les partisans du maintien dans le Royaume-Uni,  dans un communiqué de presse publié dimanche 7 septembre.

>> Lire : Barroso met en doute le futur européen de l’Ecosse

YouGov a par la suite indiqué sur son site internet que les résultats ne tenaient pas compte des sondés sans opinion et de ceux qui disent ne pas avoir l’intention d’aller voter. En incluant ces deux groupes, les indépendantistes sont à 47% et les unionistes à 45%, précise l’institut.

Inversion de la tendance

« Le dernier sondage (…) est le premier à représenter une possibilité réelle que le “oui” l’emporte (…) », déclare YouGov qui souligne que le dernier résultat équivaut à un ex aequo du point de vue statistique.

Alors que les sondages ont montré pendant des mois que les nationalistes (indépendantistes) se préparaient à la défaite, les dernières enquêtes d’opinion montrent que l’écart se rétrécit au point que le Parti national écossais d’Alex Salmond pourrait parvenir à son but de rompre le lien qui unit depuis 307 ans l’Écosse à l’Angleterre.

Un précédent sondage YouGov du 1er septembre donnait une avance de six points seulement aux partisans du « non » à l’indépendance alors qu’ils étaient en tête de 14 points mi-août et de 22 points début août.

En prenant en revanche la dernière moyenne des sondages, publiée le 1er septembre par le professeur de Sciences politiques John Curtice de l’université de Strathclyde, les unionistes mènent encore avec dix points d’avance.

Surprise sur les marchés

Les résultats du sondage et l’éventualité d’un « oui » au référendum a surpris les marchés, faisant chuter le cours de la livre sterling.  Sur le marché des changes, la livre sterling s’échange à 1,6161 dollar, à ses plus bas niveaux depuis le mois de novembre dernier. Vis-à-vis de l’euro, la livre est à un plus bas de trois semaines, à 80,06 pence.

« Je crois que le marché n’avait vraiment pas anticipé l’éventualité d’un « oui » au référendum, ce qui devrait entraîner une certaine incertitude, peut-être un peu de volatilité », dit Jesper Bargmann, chez Nordea Bank à Singapour.

Question de la monnaie

Si les électeurs choisissent l’indépendance le 18 septembre, des négociations seront menées avec le gouvernement britannique au sujet de la monnaie, de la dette, du pétrole de la mer du Nord et de l’avenir de la base nucléaire sous-marine britannique en Écosse. L’indépendance serait alors prononcée le 24 mars 2016.

Les nationalistes accusent le gouvernement britannique de gaspiller les richesses de leur terre. Ils affirment que l’Écosse serait l’un des pays les plus riches du monde si elle prenait le contrôle de son destin.

>>Lire : L’Écosse devra choisir entre la livre britannique et l’UE

Les unionistes craignent que l’Indépendance ne soit s’accompagne d’une période d’incertitude économique et politique.

Cette semaine, l’ancien Premier ministre Gordon Brown, qui est écossais, a promis plus de pouvoir à Édimbourg dans les domaines économique, social et fiscal si les Écossais votent contre l’indépendance.

Selon le journal l’Observer, le gouvernement britannique a l’intention de faire de nouvelles offres concrètes dans les tout prochains jours pour permettre aux Écossais d’envisager une solution fédérale. 

L'Écosse et le Royaume-Uni ont signé un accord le 15 octobre 2012 pour tenir un référendum sur l'indépendance écossaise en automne 2014.

L'Écosse est une nation au sein du Royaume-Uni depuis l'Acte d'Union de 1707. Le Parlement écossais actuel a été fondé en 1999 dans le cadre du processus de déconcentration du Royaume-Uni. Des assemblées régionales ont alors été créées en Écosse, au pays de Galles et en Irlande du Nord en vue d’accorder aux régions une plus grande autonomie.

Le Parlement est compétent et peut légiférer dans certains domaines politiques, tels que l'éducation et la santé.

Le Parti national écossais (SNP), à la tête du gouvernement décentralisé, fait campagne pour l'indépendance. Le SNP veut faire en sorte que l'Écosse se fasse entendre en Europe et ailleurs. Objectif : représenter convenablement ses intérêts sociaux, politiques et économiques.

Les ministres écossais regrettent qu’ils soient souvent mis à l’écart par Londres sur les questions qui les touchent directement.

  • 18 septembre: référenduml sur l'indépendance de l'Ecosse

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer