Après le Brexit, les États Unis d’Europe et la Ligue nordique?

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV.COM Ltd.

L'EUE en 2021.

En décembre 2011, Milano Finanza, partenaire d’EURACTIV, a publié la vision de l’historien britannique Niall Ferguson pour l’Europe de 2021. Ses prévisions commencent à se matérialiser.

En 2001, l’historien britannique Niall Ferguson a imaginé à quoi ressemblerait l’Europe de 2021. L’un des principaux événements qu’il prévoyait dans cette vision irrévérencieuse, mais clairement bien pensée, était la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Dans ce récit qui était alors de la science-fiction, David Cameron avait appelé à un référendum, remporté par le camp eurosceptique à 60 %. Les conservateurs avaient profité de cet élan pour gagner une majorité à Westminster.

Le Royaume-Uni est alors devenu le pays de choix des investisseurs chinois, ce qui lui assurait une croissance solide contrastant vivement avec l’austérité qui continue de peser sur le reste du continent. La République d’Irlande a donc décidé de rejoindre le Royaume-Uni.

D’autres pays ont suivi l’exemple de la Grande-Bretagne. La Suède, le Danemark et la Finlande ont ainsi accepté la proposition de la Finlande de créer une Ligue nordique comprenant également l’Islande. Les partis populistes et xénophobes de ces pays, comme les Vrais Finlandais, en ont largement profité.

Bien sûr, personne ne peut prédire l’avenir précisément, et certaines des prévisions de l’historien ne se sont pas (encore) réalisées. Dans son Europe imaginaire, l’UE n’est plus et a été remplacée par des États Unis d’Europe (EUE) lors du traité de Potsdam, en 2014. Cette nouvelle formation rassemble certains des membres actuels de l’UE et anciennes nations yougoslaves. La Belgique s’est quant à elle divisée entre Flandres et Wallonie.

L’EUE a inévitablement fini par être guidée et dominée par l’Allemagne. La coalition dirigée par Angela Merkel a perdu une élection décisive, remportée par les socialistes du SPD. L’erreur fatale de la chancelière a été sa décision de renflouer la Deutsche Bank grâce aux fonds publics.

>> Lire : Le président de la Diète hongroise n’écarte pas une sortie de l’UE (2014)

Le SPD avait pourtant mis en place des politiques similaires, tout en adoptant des convictions plus pro-européennes. Leur croisade pour une modification des traités avait mené à la création d’un Bureau européen de financement de la finance, une sorte de trésor européen basé à Vienne, et non Bruxelles.

L’EUE de 2021 est principalement dominée par les membres du nord du continent, les pays du sud étant relégués au rang de destination de vacances. En Italie, Grèce, Portugal et Espagne, l’âge moyen de la population ne cesse d’augmenter, tout comme le chômage. L’économie de ces pays se maintient cependant à flot grâce aux injections d’argent venant du nord.

Répétition étrange de l’Histoire, Karl von Habsburg, dont les ancêtres ont régné sur la plus grande partie de l’Europe entre le 15e et le 18e siècle, était devenu président européen. Ce catholique conservateur avait été eurodéputé du Parti populaire autrichien, affilié au PPE, entre 1996 et 1999.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.