Netflix et Brexit : une « punition » britannique auto-infligée

Le Daily Express accuse Bruxelles de vouloir « punir » les citoyens britanniques après le Brexit en restreignant leur accès à Netflix. EURACTIV revient sur ces accusations dans « Contre-Faits », un programme proposé en collaboration avec France 24.

Bruxelles voudrait « punir » le Royaume-Uni pour sa sortie de l’Union européenne en restreignant l’accès des Britanniques à leur compte Netflix lorsqu’ils voyagent en Europe.

C’est l’accusation, assez alambiquée, portée par le Daily Express, un tabloïd anglais, dans un article à scandale publié au mois de mars dernier.

Une accusation trompeuse, car elle renverse en fait la chaîne des responsabilités. Avec le Brexit, les Britanniques risquent en effet de perdre leurs droits à la « portabilité »  de certains services en ligne – droit aujourd’hui garanti par un règlement européen rentré en vigueur au mois d’avril.

Ce règlement garantit aux consommateurs de pouvoir consulter des contenus sous abonnement lorsqu’ils voyagent à l’étranger – des matchs de foot par exemple ou des films sur Netflix – de la même manière que s’ils étaient restés à la maison.

Accuser l’Union de vouloir se venger en mettant fin à ces droits est donc pour le moins malhonnête.

En fait, comme l’ont fait remarquer plusieurs internautes sur Twitter, ce sont bien les Britanniques qui se sont eux-mêmes « punis » en décidant de sortir de l’Union européenne et des avantages qui l’accompagnent.

« Contre-Faits » est un proposé en partenariat avec France 24 dans le cadre de l’émission hebdomadaire Ici l’Europe.

Subscribe to our newsletters

Subscribe