Mode de vie et santé [FR]

tobacco-warning.jpg

Fumer, boire, avoir de mauvaises habitudes nutritionnelles et un manque d’activité physique sont des modes de vie qui sont la source de nombreux problèmes de santé, comme le cancer, les maladies cardio-vasculaires et l’obésité.

Selon les estimations de l'OMC, jusqu'à 80% des cas de maladie coronarienne, 90% des diabètes de type 2 et un tiers des cancers peuvent être évités en augmentant l'activité physique, en ayant une alimentation plus équilibrée et en arrêtant de fumer.

En décembre 2003, le Conseil européen a invité la Commission et les Etats membres à préparer un plan comprenant plusieurs initiatives afin de promouvoir auprès des citoyens un mode de vie plus sain et depuis 2003, le programme d'action communautaire dans le domaine de la santé publique (2003-2008) s'attaque aux facteurs les plus dangereux pour la santé, et en particulier ceux en rapport avec le mode de vie.

C'est la première fois que la politique européenne en matière de santé est envisagée sur le plan du mode de vie et reconnaît qu'une prévention efficace constitue en fait une solution aux problèmes économiques que connaissent les systèmes de santé en Europe. Les coûts économiques directs et indirects des maladies cardio-vasculaires enregistrés chaque année dans l'UE sont, par exemple, estimés entre 70 et 135 milliards d'euros, ce qui représente plus que le budget annuel de l'UE.

Tabac

Le tabagisme est la principale cause de décès dans l'UE et doit donc être traité de façon intégrée à la fois aux niveaux national et européen. La campagne européenne anti-tabac intitulée "Pour une vie sans tabac" a été lancée en mars 2005 et a pour objectif d'aider ceux qui souhaitent arrêter de fumer à se débarrasser de cette habitude et à dissuader les autres d'allumer leur toute première cigarette. La campagne télévisée souligne avec humour à quel point fumer est ridicule et anormal et informe les citoyens des différents systèmes qui existent pour les aider à arrêter de fumer. 

En janvier 2007, la Commission a adopté un livre vert intitulé Vers une Europe sans fumée de tabac : les options stratégiques au niveau de l'Union européenne. Le livre lance un vaste débat public sur le meilleur moyen de s'attaquer au tabagisme passif dans l'UE.

La directive européenne relative à la publicité pour le tabac, adoptée en mai 2003, devait être mise en oeuvre d'ici le 31 juillet 2005. La directive interdit la publicité en faveur du tabac dans les médias imprimés, à la radio et sur Internet et interdit le parrainage d'événements et activités transfrontaliers.

Obésité

La nutrition est l'un des principaux facteurs liés à la santé et la mauvaise alimentation est l'une des principales causes des maladies cardiovasculaires et des cancers, tandis que l'obésité est souvent à l'origine de problèmes de santé et de décès prématurés. Le récent Livre vert de la Commission "Promouvoir une alimentation saine et l’activité physique : une dimension européenne pour la prévention des surcharges pondérales, de l’obésité et des maladies chroniques" évoque l'importance croissante accordée à cette question au niveau européen. 

Les facteurs liés au mode d'alimentation, les habitudes alimentaires et le degré d'activité physique sont souvent adoptés dès la petite enfance et ont tendance à rester les mêmes tout au long de la vie. La hausse du phénomène d'obésité chez les enfants observée récemment est donc particulièrement inquiétante.

Actuellement, une plateforme d'action européenne sur l'alimentation, l'activité physique et la santé prépare un programme de recherche stratégique pour le secteur. Les premières recommandations de cette plateforme visent à améliorer le comportement alimentaire des adultes et motiver les jeunes à adopter des modes de vie sains. De nombreux projets européens sont destinés à encourager l'adoption d'habitudes alimentaires saines.

Consommation d'alcool

Les Européens sont les premiers consommateurs d'alcool dans le monde (la consommation d'alcool par tête la plus élevée) et l'alcool est à l'origine d'à peu près un problème de santé et décès prématuré sur dix en Europe. L'alcool entraîne également une baisse de productivité, chaque lendemain de cuite signifiant une baisse importante de la productivité (27% selon une étude britannique).

La Commission a adopté en octobre 2006 une communication pour réduire les effets néfastes de la consommation d'alcool en Europe. L'objectif de cette stratégie est de réduire les effets néfastes de la consommation d'alcool sur les plans social et sanitaire. Les priorités sont les suivantes : protection des jeunes et des enfants, réduction des accidents de la route liés à l'alcool, réduction de l'impact négatif sur l'économiqe, sensibiliser à l'impact sur la santé de l'abus d'alcool. De nombreux projets européens sont destinés à encourager une consommation d'alcool responsable.

En juin 2007, le forum européen sur l'alcool et la santé a été créé pour réunir les entreprises et les ONG afin d'entreprendre des actions sur les effets néfastes de l'alcool. Ce forum se concentrera en particulier sur des actions concrètes pour protéger les enfants et les jeunes et prévenir la communication commerciale et la vente irresponsable d'alcool.

Promouvoir des modes de vie plus sains

Le Conseil a invité la Commission et les Etats membres à promouvoir auprès des citoyens un mode de vie plus sain grâce à des mesures et une communication ciblées en matière de santé, une évaluation renforcée de l'impact des facteurs de santé, la mobilisation des acteurs et réseaux concernés et des mesures d'incitation destinées aux fabricants et aux entreprises commerciales pour que leurs activités de production, de marketing et autres aillent dans ce sens.

Imposer des taxes élevées sur les boissons alcoolisées et le tabac peut également s'avérer être une mesure efficace pour diminuer la consommation d'alcool et le tabagisme, qui doit être prise par les Etats membres eux-mêmes.

Tabac

La convention cadre de l'OMC pour la lutte anti-tabac (OMS-FCTC), qui est entrée en vigueur le 27 février 2006, est le premier traité global sur la santé qui comporte des stratégies de réduction à la fois de la demande et de la production de tabac. L'UE a ratifié cette convention.

Philip Morris : "Nous sommes entièrement en faveur de lois qui ont pour objectif de réduire l'exposition des enfants à la publicité sur le tabac, tant qu'elles nous permettent de continuer à communiquer en direction des adultes".

L'Association européenne de tabac à fumer (ESTA)  "soutient des mesures pour les fumeurs et les non-fumeurs qui minimisent les éventuels effets néfastes du tabagisme dans les lieux publics et sur le lieu de travail par des espaces non-fumeurs isolés, un système de ventilation performant et une filtration de l'air." Selon l'ESTA, la meilleure façon de parvenir à ce résultat est de mettre en place des législations locales ou nationales ou des accords volontaires, par exemple entre les employeurs et les employés ou entre l'industrie et le législateur.

Le Comité permanent des médecins européens (CPME)  et le Groupement pharmaceutique de l'Union européenne (GPUE)  considèrent que "la Commission européenne et les gouvernements des Etats membres ont l'obligation morale de compléter la législation antitabac par une politique efficace pour inciter les fumeurs à arrêter." Selon ces deux organisations, cette politique doit prévoir une hausse progressive des prix et des taxes et des campagnes de sensibilisation et d'information sur les risques pour la santé, notamment en direction des jeunes.

Pour lire davantage de positions sur le tabac, voir EURACTIV 30 janvier 2007.

Nutrition

La Confédération des Industries agroalimentaires de l’Union européenne (CIAA) estime que toute initiative européenne pour la prévention contre le sur-poids, l'obésité et les maladies chroniques doit respecter plusieurs principes : le choix libre et informé pour tous les consommateurs européens, la diversité alimentaire et l'identité culturelle des Etats et des régions de l'UE, la nécessité d'une base scientifique solide pour toutes les actions entreprises, la nécéssité d'apporter une valeur ajoutée par rapport à ce qui est entrepris dans les Etats membres, le principe de proportionnalité et la nécessité d'évaluer toutes les politiques pour savoir si elles remplissent les objectifs fixés en matière de santé.

Le Bureau Européen des Unions de Consommateurs (BEUC) souhaite que la révision en cours de la directive sur la télévision sans frontières limite le nombre de campagnes publicitaires à destination des enfants sur les produits à fort taux de graisse, de sucre et de sel. Il souligne également la nécessité de garantir à tous les consommateurs une information claire et pertinente sur les produits alimentaires sains et un accès à ces derniers pour un prix raisonnable.

EURO COOP, la Communauté européenne des coopératives de consommateurs, considère que l'éducation sur les avantages d'une alimentation saine couplée à des exercices physiques doit commencer dès le plus jeune âge.

Le Bureau européen de la conférence des sports allemands indique que le rôle du sport, notamment du sport à l'école dès le plus jeune âge, n'est pas assez encouragé. Le Comité permanent des médecins européens (CPME) considère que les enfants et les jeunes doivent être les premières cibles des actions de lutte contre l'obésité en Europe, étant donné que les habitudes alimentaires acquises durant la jeunesse subsistent tout au long de la vie.

Pour lire la contributions individuelles des parties prenantes à la consultation de la Commission sur le livre vert sur l'obésité, cliquez ici.

Alcool

Selon les Brasseurs d'Europe, toutes les actions européennes concernant l'alcool doivent reposer sur des faits solides et cibler uniquement les abus d'alcool, au lieu de "culpabiliser les gens qui consomment de l'alcool de manière responsable".

Lors d'une récente conférence organisée par les Brasseurs d'Europe, des enquêtes médicales insistant sur les bénéfices pour la santé d'une consommation modérée de la bière ont été présentées.

Les pays scandinaves, en particulier la Finlande, sont favorables à une augmentation des taxes sur les spiritueux. Pour un responsable de la représentation permanente de la Finlande, la politique sur l'alcool est une compétence nationale et chaque Etat membre a sa propre manière de traiter les effets de l'alcool. L'une de ces manières consiste à utiliser les revenus des taxes sur les spiritueux pour prendre des mesures visant à combattre l'abus d'alcool et ses effets néfastes sur les plans social et sanitaire. 

L'Organisation européenne des spiritueux (CEPS) salue la communication de la Commission sur les dommages liés à l'alcool et reconnaît le rôle que l'industrie des spiritueux peut jouer dans la réduction des effets néfastes de l'alcool, notamment en termes de promotion de consommation responsable. Pour Jamie Fortescue, directeur général de la CEPS, les cinq thèmes prioritaires proposés sont totalement cohérents avec la charte de la CEPS sur le consommation responsable d'alcool.

Pour lire davantage de positions sur l'alcool, voir EURACTIV 25 octobre 2006.

  • octobre 2006 : la Commission a présenté une communication sur la stratégie communautaire visant à réduire les dommages liés à l'alcool.
  • janvier 2007 : la Commission a adopté un livre vert présentant les options politiques pour lutter de façon plus efficace contre le tabagisme passif au sein de l'UE.
  • avril 2007 : 15ème congrès européen sur l'obésité (ECO).
  • 30 mai 2007  : la Commission a adopté un livre blanc sur la nutrition et l'activité physique.
  • 7 juin 2007création du forum européen sur l'alcool et la santé.
  • juin 2007 : 3ème conférence annuelle sur l'obésité en Europe.
  • 3 juillet 2007conférence sur le régime alimentaire, l'activité physique et la santé sur le lieu de travail.
  • 11 juillet 2007 : la Commission a présenté un livre blanc sur le sport.
  • automne 2007campagne conjointe de la Commission et de l'UEFA sur l'activité physique.
  • 17 oct. 2007  : première rencontre plénière du forum européen sur l'alcool et la santé.
  • 18 oct. 2007: 1er symposium parlementaire européen sur le régime alimentaire et la santé.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer