40 millions de masques vont être envoyés gratuitement aux 7 millions de Français les plus pauvres

epa08398802. EPA-EFE/CHRISTOPHE PETIT TESSON

Le ministre de la Santé a confirmé que 40 millions de masques grand public allaient être envoyés gratuitement par le gouvernement aux 7 millions de Français qui sont au niveau du seuil de pauvreté. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué mercredi sur France 2 que le gouvernement allait envoyer gratuitement 40 millions de masques grand public lavables aux 7 millions de Français les plus pauvres.

Il est évident que la France ne laissera pas des personnes dans l’incapacité de s’équiper en masques, a-t-il assuré, alors que le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos depuis lundi pour enrayer une reprise de l’épidémie de coronavirus, et pourra même valoir une amende de 135 € en cas d’infraction.

Nous allons envoyer 40 millions de masques grand public lavables, utilisables 30 fois, de manière à fournir 7 millions de Français qui sont au niveau du seuil de pauvreté – bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire –, de manière à ne leur demander aucune démarche, a-t-il détaillé.

Six signes pas rassurants qui montrent qu’on n’en a pas fini avec le Covid-19

Clusters, eaux usées à Paris, montée des cas dans le monde, découvertes… Le Covid-19 est toujours présent en France. Et certains signes sont inquiétants. Des experts français ont examiné ces signaux, plus ou moins alarmants. Un article de notre partenaire Ouest France.

« Un contrat avec la Poste »

Nous passons un contrat avec la Poste qui s’est engagée à envoyer d’ici quelques jours seulement ces masques gratuits, pour une protection de trois mois, a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, l’assurance maladie remboursera à 100 % les masques chirurgicaux pour 2 millions de Français qui sont porteurs de vulnérabilité, précise le ministre.

L’association de consommateurs CLCV avait pointé lundi un problème de surcoût pour les populations précaires.

Lire la suite sur Ouest-France.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer