Antibiorésistance : une question de contamination fécale

Des bactéries rendues résistantes dans l'intestin [@Pixabay]

Menace croissante pour la santé publique, l’antibiorésistance présente dans l’environnement provient d’une contamination fécale à partir des eaux traitées. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

C’est une menace sanitaire qui ne cesse de croître : l’antibiorésistance, à savoir la résistance des bactéries aux antibiotiques, pourrait bien réduire à néant l’efficacité de ces médicaments contre de nombreuses maladies infectieuses. De quoi ruiner tous les progrès médicaux du 20ème siècle, qui ont fait chuter la mortalité d’origine infectieuse.

Or si l’antibiorésistance est le fait d’une utilisation excessive d’antibiotiques, des doutes subsistent quant à la manière dont elle apparaît -principalement dans les effluents des stations d’épuration. Les bactéries deviennent-elles antibiorésistantes in situ, via une sélection par de faibles doses d’antibiotiques présentes dans l’environnement ? Ou sont-elles déjà résistantes à la sortie des intestins ?

Pourquoi la lutte contre l'antibiorésistance intéresse si peu les fonds d'investissement?

La lutte contre l’apparition de « super-bactéries » résistantes aux antibiotiques est un problème de santé mondial. Mais les fonds d’investissement restent frileux, inquiets de l’absence de modèle économique pour les nouvelles solutions thérapeutiques. Un article de notre partenaire, La Tribune.

La signature du phage

Selon l’étude suédoise publiée mardi 8 janvier dans la revue Nature Communications menée par l’équipe de Joakim Larsson, spécialiste en pharmacologie environnementale à l’université de Göteborg (Suède), la seconde explication semble la bonne : les chercheurs montrent que l’abondance de bactéries antibiorésistantes est étroitement liée à la présence du « crAssphage », virus de bactérie (ou bactériophage) uniquement présent dans les excréments d’origine humaine. Ce qui confirme une nette corrélation avec la présence de contaminations fécales, au détriment de l’hypothèse in situ.

Exception notable, les chercheurs notent une forte antibiorésistance près des sites de production d’antibiotiques, dont les fuites sont assez abondantes pour générer de l’antibiorésistance directement chez les bactéries présentes dans l’environnement.

Les règles de l’UE sur l'usage des antibiotiques dans les élevages s’étendent aux pays tiers

Les pays tiers devront respecter les nouvelles règles sur l’usage d’antibiotiques dans les élevages, qui visent à lutter contre l’antibiorésistance.

Subscribe to our newsletters

Subscribe