Assises de la santé mentale et de la psychiatrie : Olivier Véran annonce les premières mesures

Si Olivier Véran s’est félicité des mesures prises par le gouvernement pour tenter d’aider les personnes en détresse pendant la Covid-19, à l’image des chèques psy pour les étudiants, il a néanmoins souligné qu’un « changement d’ambition » était nécessaire.  [LUDOVIC MARIN / POOL/EPA]

Lors de l’ouverture des assises de la santé mentale et de la psychiatrie lundi (27 septembre), Olivier Véran a fait part des premières annonces du gouvernement pour venir en aide à un secteur à bout de souffle. 

Le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran a ouvert les assises de la santé mentale et de la psychiatrie, très attendues par les professionnels du secteur, en annonçant de nouvelles mesures pour le secteur de la santé mentale et de la psychiatrie qu’il décrit comme « au bord de l’implosion ». 

« Dans un contexte de confinements successifs, de couvre-feu, nous avons constaté une augmentation des personnes en état dépressif ou anxieux, tout particulièrement chez les enfants, les jeunes adultes et les personnes vulnérables », a commencé par déclarer le ministre, lors de la première journée des assises, qui se dérouleront sur deux jours.

Manque de lits, manque de personnels, manque d’accompagnement, structures obsolètes… La crise sanitaire a mis en lumière les difficultés auxquelles sont confrontés les soignants, les malades et leurs familles.

Si Olivier Véran s’est félicité des mesures prises par le gouvernement pour tenter d’aider les personnes en détresse pendant la Covid-19, à l’image des chèques psy pour les étudiants, il a néanmoins souligné qu’un « changement d’ambition » était nécessaire. 

Un changement d’ambition attendu par les professionnels de la santé mentale, qui n’ont cessé d’alerter sur leurs conditions de travail déplorables. 

Ce matin, M. Véran a fait plusieurs annonces devant des professionnels partagés entre l’espoir et la crainte d’être déçus.  

Le ministre a d’abord annoncé la poursuite du dispositif VigilanS de rappel et de suivi des personnes ayant fait une tentative de suicide. S’il est actuellement déployé dans 12 régions métropolitaines et 2 régions d’Outre-mer, « il le sera dans l’ensemble des régions avant la fin de cette année », a-t-il précisé, ajoutant que « près de 25 000 patients ont intégré ce dispositif depuis sa création ».

Le dispositif VigilanS sera aussi accompagné dès le 1er octobre d’un numéro national gratuit de prévention contre le suicide, accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, avec au bout du fil « des professionnels de santé formés, mobilisés, en lien avec les acteurs de santé de chaque territoire afin d’apporter une réponse adaptée à toute situation », a déclaré Olivier Véran. 

Le Parlement européen prêt à renforcer le rôle du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies

La proposition d’étendre le mandat du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a été adoptée au Parlement européen ce mercredi (15 septembre) par une large majorité de députés eropéens.

Progrès et inquiétudes

Le ministre a également annoncé que les chantiers des grandes réformes structurelles se poursuivent « malgré le contexte de la crise sanitaire ». Parmi elles, la réforme du financement de la psychiatrie qui entrera en vigueur l’an prochain ainsi que la réforme du régime des autorisations d’activités des soins de psychiatrie. 

En 2020, 70 millions d’euros supplémentaires ont été injectés dans la santé mentale et la psychiatrie. Cette année, des fonds spécifiques seront alloués à la psychiatrie périnatale, a encore ajouté le ministre. 

M. Véran a évoqué « quelques pistes de progrès » comme la prévention de la souffrance psychique, avec un objectif de formation de plus de 5000 secouristes, se réjouissant que d’autres secteurs aient développé leur politique de santé mentale comme l’administration pénitentiaire ou l’Assurance maladie dans le cadre de stratégie de prévention 2019-2022 à destination des 16-25 ans.

Le ministre a également partagé ses déceptions, la première concernant l’attractivité de la psychiatrie : « Cette discipline historique et noble ne mérite pas le désintérêt qu’elle semble susciter chez les étudiants », a regretté Olivier Véran, qui lance un appel solennel aux étudiants à ne pas négliger ce secteur. 

Autre déception : l’insertion sociale des personnes en situation de handicap psychique, notamment par rapport à l’accès au logement ou l’accès à l’emploi. Les progrès sont « largement » insuffisants, « nous devons aller plus loin », a martelé M. Véran.

Le ministre a conclu cette première matinée des assises en se réjouissant tout de même de l’« ampleur croissante de ce mouvement, porteur d’espoir pour l’appropriation d’une culture de la santé mentale pour nos citoyens ». 

Mardi 28 septembre, Emmanuel Macron prononcera le discours de clôture des assises. Les professionnels de santé placent beaucoup d’espoir dans ce discours : ils attendent notamment l’annonce du remboursement des frais de consultation chez le psychologue. 

« La crise sanitaire a montré le rôle que peuvent jouer les psychologues dans la détection précoce de maladies mentales », a simplement déclaré Olivier Véran aujourd’hui à ce propos.

Covid-19 : les laboratoires pharmaceutiques empêchent un accès au vaccin équitable, selon Amnesty International

D’après un rapport publié mercredi 22 septembre par Amnesty International, moins de 1 % de la population est entièrement vaccinée dans les pays à faible revenu, contre 55 % dans les pays riches.

Subscribe to our newsletters

Subscribe