Boris Johnson cède sur les migrants de l’hôpital

Hassan Akkad, cinéaste syrien installé à Londres. [Twitter/Hassan Akkad]

Sous la pression de l’opinion, le gouvernement de Boris Johnson accorde le statut de résident permanent aux familles des petites mains de l’hôpital tuées par le Covid-19. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Le statut de résident permanent au Royaume-Uni est un maigre réconfort face à la perte d’un être cher, mais cela peut sécuriser l’avenir de certaines familles. Le « plan de deuil » arrêté par les autorités britanniques pour les travailleurs étrangers du National Health Service (NHS) octroyait initialement ce statut aux proches du personnel de santé tué par le Covid-19… Et à eux seuls. Il excluait, par exemple, les familles des agents de nettoyage et des travailleurs sociaux des hôpitaux.

« Je me sens trahi »

Cette discrimination a provoqué un tollé du Parti travailliste et des syndicats. Quant à la population, elle a été sensibilisée par la vidéo tweetée par Hassan Akkad, cinéaste syrien installé à Londres qui a rejoint les équipes de désinfection d’un hôpital. « Monsieur le Premier ministre, j’ai vraiment apprécié vos applaudissements chaque semaine », expliquait-il. « Cependant, je me sens trahi. Si je meurs en combattant le coronavirus, ma partenaire ne pourra pas obtenir le permis de résidence permanente ».

Lire la suite sur Ouest-France

Le processus de déconfinement prévu par Boris Johnson « manque de clarté »

Les Britanniques se déconfinent progressivement. Dimanche 10 mai, le Premier ministre, Boris Johnson, a encouragé les citoyens à retourner au travail et a autorisé l’exercice physique à l’extérieur sans limite de temps.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER