Bruxelles est prête à reconnaître les certificats covid des États-Unis et du Royaume-Uni

Les États-Unis ne prévoient apparemment pas de délivrer un certificat Covid fédéral, « il faudra donc envisager d'autres moyens » de reconnaissance, a souligné Didier Reynders, le commissaire européen à la justice. [Shutterstock/Robert Avgustin]

La Commission européenne est d’accord de discuter de la « reconnaissance mutuelle » des certificats Covid-19 délivrés aux citoyens des États-Unis et du Royaume-Uni, lorsque la réouverture des frontières aura lieu, a déclaré le commissaire à la justice, Didier Reynders. Un article d’Euroefe.

« Lorsqu’il sera possible d’ouvrir les frontières, les individus pourront d’abord voyager en Europe s’ils peuvent prouver qu’ils sont vaccinés, ensuite nous pourrons entamer des discussions sur une éventuelle reconnaissance mutuelle des certificats », a déclaré Didier Reynders devant la presse à l’issue d’un Conseil des ministres européens de la justice à Luxembourg, lundi 7 juin.

Le commissaire a rappelé qu’à partir du 1er juillet, il serait possible d’utiliser le certificat vert numérique de l’UE. Parallèlement, il a indiqué que les nouvelles recommandations européennes sur la manière de lever les restrictions de voyage étaient en cours de finalisation. Il espère que des progrès pourront être réalisés sur cette question durant cette semaine.

Les trois éléments clés du certificat vert numérique de l'UE présenté aujourd'hui

Être vacciné, avoir un test PCR ou une preuve qu’une personne a guéri du COVID-19 seront les trois éléments clés du certificat vert numérique de l’UE qui doit être présenté aujourd’hui par la Commission européenne, selon des sources.

Concernant les pays tiers, il a déclaré qu’aucune décision n’avait encore été prise au niveau européen sur la réouverture des frontières et qu’il était donc « prématuré » d’évoquer cette question.

Il a cependant ajouté que lorsqu’il serait possible d’ouvrir les frontières avec le Royaume-Uni et les États-Unis, il serait d’abord possible de voyager individuellement en détenant une preuve de vaccination complète. À la suite de quoi, « nous poursuivrons en discutant d’une éventuelle reconnaissance mutuelle d’un certificat semblable à celui dont nous disposerons au niveau européen ».

Il a ajouté qu’aux États-Unis, il n’était apparemment pas prévu de délivrer un certificat fédéral, « il faudra donc envisager d’autres moyens » de reconnaissance, sur lesquels il faudra plancher.

En mai dernier, l’UE a donné son feu vert à un certificat vert numérique qui, à partir du 1er juillet, permettra à son détenteur de compiler dans un seul document – physique ou numérique – des informations sur son état de santé concernant le coronavirus.

Le document restera en vigueur pendant un an et contiendra des informations indiquant si une personne est vaccinée, si elle a été infectée par le coronavirus au cours des six derniers mois, ou si elle a été testée négative lors d’un test PCR au cours des derniers jours.

Subscribe to our newsletters

Subscribe