Bruxelles veut sauver les vacances d’été

Paolo Gentiloni, le commissaire européen à l'économie.

Pour favoriser la reprise du tourisme, la Commission européenne appelle les États à rétablir (prudemment) la libre circulation. Un article de notre partenaire, Ouest-France.

Enhardir les vacanciers inquiets, soutenir une industrie asphyxiée par le coronavirus. Telle est l’ambition de la Commission européenne. « Notre message est qu’il y aura une saison touristique cet été, même si elle s’accompagne de mesures de sécurité et de restrictions », a déclaré, hier, à Bruxelles, le commissaire italien aux Affaires économiques, Paolo Gentiloni. Le voyagiste allemand TUI avait annoncé, le matin même, la suppression de 8 000 emplois, et l’Espagne enregistre déjà une chute de deux tiers de sa fréquentation.

Pour soutenir un secteur et des États fragiles, la Commission encourage à rétablir graduellement la libre circulation entre pays voisins, dès que leurs indicateurs épidémiologiques seront équivalents. La plupart des frontières sont fermées depuis mars.

Mais la décision revient aux États. Les trois pays Baltes ouvrent le bal vendredi. Le même jour, il n’y aura plus que des contrôles aléatoires entre l’Allemagne et l’Autriche, qui disparaîtront le 15 juin. La Commission va créer un site Internet qui indiquera aux voyageurs, en temps réel, si les frontières sont ouvertes ou fermées.

Lire la suite sur Ouest-France

L'Europe du sud demande un plan de relance pour sauver le tourisme

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER