Ce qu’il faut retenir des annonces d’Olivier Véran

Face à la cinquième vague de Covid-19, Olivier Véran, accompagné du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer et de Jérôme Salomon, a annoncé de nouvelles restrictions sanitaires, jeudi 25 novembre. [THOMAS COEX/EPA]

Le ministre de la Santé et des Solidarités a tenu une conférence de presse jeudi (25 novembre) afin d’annoncer de nouvelles mesures sanitaires, face à la cinquième vague de Covid-19 en France.

« Nous avons les moyens de nous prévenir des conséquences dramatiques des premières vagues », a commencé par déclarer Olivier Véran, alors que mercredi (24 novembre), plus de 32000 nouvelles contaminations ont été enregistrées, ce qui n’était pas arrivé depuis le 24 avril dernier.

Pour tenter d’endiguer l’explosion des cas de Covid, notamment liée au très contagieux variant Delta et à l’arrivée des températures plus basses, Olivier Véran, accompagné du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer et du directeur général de la santé Jérôme Salomon, a annoncé de nouvelles restrictions sanitaires. 

Mais à l’heure où certains pays européens prennent des mesures restrictives, à l’image de  l’Autriche qui se reconfine, le gouvernement français fait « le choix de concilier liberté et responsabilité », a déclaré M. Véran. 

Pour l’heure donc, ni confinement, ni couvre-feu, ni fermeture anticipée des commerces.

En revanche, le ministre de la Santé entend accélérer un peu plus la vaccination en France, en commençant par ouvrir le rappel vaccinal à tous les adultes âgés de 18 ans ou plus dès cinq mois après la dernière injection. 

« L’impact sanitaire est réel, mais nettement réduit grâce à la couverture vaccinale », a confirmé M. Salomon lors de la conférence de presse. À compter du mois de janvier, un rappel sera obligatoire, sept mois après la dernière injection, pour bénéficier d’un pass sanitaire actif, a précisé Olivier Véran. 

M. Véran suit les recommandations de la Haute Autorité de santé (HAS), qui a annoncé ce jeudi (25 novembre) recommander à toutes les personnes de plus de 18 ans de faire une dose de rappel cinq mois, et non plus six, après la dernière injection. 

« La HAS considère que le contexte épidémique préoccupant justifie une accélération de la campagne vaccinale en raccourcissant le délai entre primovaccination et dose de rappel », justifie l’autorité dans un communiqué de presse en ligne.

Poursuivant son allocution, le ministre de la Santé a expliqué qu’à partir de lundi prochain (29 novembre), les tests PCR ou antigéniques permettant aux personnes non vaccinées d’avoir un pass sanitaire actif ne seront désormais plus valides que pendant 24 heures. 

Aujourd’hui, 6 millions de Français ne sont pas vaccinés, a rappelé le ministre, soulignant que les patients non-vaccinés étaient dix fois plus nombreux dans les services de réanimation. 

Olivier Véran a aussi annoncé l’arrivée d’un nouveau traitement contre la Covid-19 début décembre. Ce médicament antiviral, qui suscite « beaucoup d’espoir », sera réservé aux personnes à risques ou âgées. « La France sera le premier pays européen à en faire bénéficier ses citoyens », s’est félicité le ministre.

Gestes barrières et écoles primaires 

M. Véran a également insisté sur l’importance de l’aération et des gestes barrières, ces « outils inestimables » quelque peu laissés à l’abandon. Il faut « nous ressaisir », a appuyé le ministre, selon qui « ces contraintes du quotidien sont les clés de notre liberté ».  

Enfin, le port du masque sera obligatoire dès vendredi (26 novembre) dans tous les lieux publics fermés, même ceux où le pass sanitaire est exigé. 

Le pass sanitaire sera également obligatoire pour accéder aux marchés de Noël. 

Enfin, côté éducation, pas de changement majeur. Jean-Michel Blanquer a annoncé un assouplissement des règles dans les écoles primaires : à partir de la semaine prochaine, il n’y aura plus de fermetures systématiques de classes si un élève est déclaré positif. Un simple test négatif permettra aux enfants de revenir en classe. 

En parallèle, le ministre de l’Éducation s’est félicité de la couverture vaccinale chez les 12-17 ans, déclarant que 75 % d’entre eux avaient un schéma vaccinal complet. 

Alors que l’Agence européenne du médicament a recommandé ce jeudi (25 novembre) l’approbation de  la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans, la France pourrait se pencher sur la question dans les prochains jours.

Covid-19 : le Centre européen de lutte contre les maladies demande que les mesures sanitaires soient "appliquées d'urgence"

Le centre européen des maladies, l’ECDC, a recommandé mercredi 24 novembre d’appliquer immédiatement des mesures sanitaires et de poursuivre les efforts de vaccination des citoyens européens afin d’éviter une « charge très élevée de Covid-19 ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe