Comment les immigrés ont permis de renforcer le système de santé allemand

L’Allemagne connaît depuis longtemps une pénurie de médecins. La crise du coronavirus montre comment le secteur médical tire parti de l’arrivée de nombreux travailleurs immigrés. Un article d’Euractiv Allemagne.

Une grande partie des mesures prises par le gouvernement allemand pour enrayer la propagation du coronavirus au cours des dernières semaines n’ont servi qu’un seul objectif : éviter la saturation du système de santé du pays.

Au cours des dernières semaines, les médecins étrangers, dont la procédure d’admission est toujours en cours, ont été sollicités pour fournir un soutien en personnel au secteur de la santé. L’Association médicale de Saxe a été l’une des premières à proposer une telle initiative.

« Notre appel a principalement été relayé par Facebook », explique Knut Köhler, porte-parole de l’Association médicale du Land. Les informations reçues en retour sont centralisées dans une base de données qui sera mise à la disposition des autorités.

L’arrivée de ce personnel supplémentaire permettrait un « allègement considérable » de la charge de travail des soignants, même si, en raison de leur statut, les nouveaux venus ne pourraient être employés que sous la surveillance de médecins agréés, précise Knut Köhler.

Quelque 130 médecins étrangers sans autorisation d’exercer la médecine en Allemagne ont déjà répondu à l’appel. « En Saxe, nous avons eu de la chance : le nombre de cas [de patients atteints du coronavirus] n’a jamais été élevé au point que nous devions faire appel à du personnel externe », explique Knut Köhler. L’association est cependant heureuse de pouvoir compter sur ces soignants en cas de deuxième vague.

L’Allemagne se déconfine en ordre dispersé

Jusqu’ici considéré comme un modèle dans sa gestion de la crise, le pays se heurte désormais aux décisions tous azimuts des Länder. D’autant plus inquiétant que le taux de contagion repart à la hausse. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Les appels d’autres États fédéraux

Deux semaines plus tard, l’Association médicale de l’État de Bavière a suivi l’exemple de la Saxe. En date du 6 mai, plus de 660 médecins étrangers sans autorisation d’exercer la médecine en Allemagne avaient répondu à l’appel.

Peu après, le gouvernement de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a décidé de faciliter l’octroi d’autorisations professionnelles aux médecins étrangers, afin de créer des ressources en personnel supplémentaires, et d’alléger la charge du personnel hospitalier.

Autre initiative : fin mars, le portail national « match4healthcare », développé par des étudiants, a été mis en ligne. Il permet de placer des travailleurs de la santé et des étudiants en médecine dans des cliniques et des maisons de retraite à travers le pays.

Principal obstacle : les compétences linguistiques

Partout, l’une des conditions préalables indispensables pour que les soignants puissent prendre part aux programmes, est qu’ils disposent d’une bonne connaissance de la langue allemande. Or, des compétences linguistiques insuffisantes constituent souvent l’obstacle principal à l’obtention d’une autorisation d’exercice de la médecine.

En Allemagne, un plan de sauvetage « sans précédent » pour faire face à la pandémie

L’Allemagne a approuvé un plan national destiné à neutraliser les effets de la crise sanitaire et économique provoquée par le coronavirus. Un paquet de mesures inédites pour faire face à une crise qui l’est tout autant. Un article d’Euroefe.

« La barrière de la langue est généralement l’obstacle le plus complexe à surmonter dans le processus menant à l’autorisation d’exercer », indique Andreas Weber, directeur de l’Académie de formation commerciale (FAW). En plus des cours de langue générale, cet institut propose aux médecins et au personnel infirmier et sanitaire étrangers des cours de langue spécialisés, afin de les soutenir dans leur démarche pour obtenir l’autorisation d’exercer leur métier.

« C’est idéal lorsque les participants travaillent parallèlement dans le domaine médical », dit-il. C’est pourquoi l’institut travaille en étroite collaboration avec différents partenaires qui permettent aux personnes en formation de travailler sur le terrain.

L’immigration en renfort du secteur de la santé

Selon l’Agence fédérale pour l’emploi, en septembre 2019, environ 356 000 personnes provenant de pays considérés comme étant à l’origine de flux migratoires, cotisaient à la sécurité sociale allemande, et plus de 4 % étaient actives dans le système de santé. Ces personnes viennent notamment d’Afghanistan, d’Erythrée, d’Irak, d’Iran, du Nigeria, du Pakistan, de Somalie et de Syrie.

Une étude récente de l’Institut de l’industrie allemande (IW) relève que le nombre d’étrangers employés dans le secteur de la santé et des soins a augmenté de manière significative entre 2014 et 2019.

« Les effets positifs de la migration ne devraient pas disparaître complètement du discours public », souligne l’auteur de l’étude, Wido Geis-Thöne, expert en politique familiale auprès d’IW. Dans le contexte de la crise actuelle, les immigrés contribuent grandement à l’amélioration de la situation.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER