Covid-19 : la Commission européenne réfute l’existence d’accords parallèles pour l’achat de vaccins supplémentaires

Mardi, la Commission européenne a réfuté l’existence d’accords bilatéraux entre les États membres et les producteurs de vaccins contre la Covid-19, arguant que la conclusion de tels contrats n’était pas possible conformément à l’accord de passation conjointe de marché. EPA-EFE/OLIVIER HOSLET [EPA-EFE]

Mardi (12 janvier), la Commission européenne a nié l’existence d’accords bilatéraux entre les États membres et les producteurs de vaccins contre la Covid-19, arguant que la conclusion de tels contrats n’était pas possible conformément à l’accord de passation conjointe de marché. Une annonce qui contredit les propos tenus par la présidence tournante portugaise au Conseil de l’UE la semaine dernière.

« La conclusion de contrats parallèles n’est pas possible », a déclaré Sandra Gallina, cheffe de la DG SANTÉ à la Commission européenne.

« Nous n’avons pas connaissance de telles ententes et bénéficions [pourtant] de renseignements fiables à ce sujet », a-t-elle fait savoir devant la commission parlementaire de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI).

Adressant les rumeurs autour des contrats parallèles, Mme Gallina a indiqué qu’elle n’en avait encore jamais vu et qu’elle doutait de leur mise en œuvre.

« À mes yeux, il s’agit de quelque chose qui n’existe pas, d’après ce qui m’a été dit », a-t-elle répété, ajoutant que « les noms des États membres se trouvent sur les flacons. Il n’y a pas de flacons supplémentaires que quelqu’un pourrait acheter dans le cadre d’un accord bilatéral. »

« Des accords de vente anticipés ont peut-être été conclus l’année dernière, mais il est désormais un peu trop tard pour acheter des doses », a-t-elle soutenu, soulignant que les sociétés pharmaceutiques avaient garanti qu’elles donneraient la priorité à la stratégie de vaccination de l’UE.

Ses propos font suite à la nouvelle selon laquelle l’Allemagne a conclu un accord bilatéral avec Pfizer-BioNTech afin de recevoir 30 millions de doses supplémentaires, transgressant ainsi l’accord de passation conjointe de marché.

L'Université d'Oxford et AstraZeneca demandent le feu vert de l’UE pour leur vaccin contre le COVID-19

Ce mardi 12 janvier, l’entreprise pharmaceutique AstraZeneca et l’Université d’Oxford ont déposé une demande d’autorisation de mise sur le marché conditionnelle de leur vaccin contre le COVID-19 auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Celle-ci pourrait se prononcer avant le 29 janvier. Un article d’Euroefe.

Il se pourrait que d’autres États membres, comme Chypre avec Israël, aient lancé des procédures semblables dans le but de conclure des contrats parallèles.

Une information appuyée par Marta Temido, ministre de la Santé au Portugal, qui détient désormais la présidence du Conseil de l’UE. Celle-ci a affirmé jeudi (8 janvier) que certains pays avaient acheté des vaccins de leur côté.

D’après la ministre portugaise, les achats parallèles ont été conclus après la tenue des négociations conjointe à l’échelle européenne et la répartition des vaccins se déroulera conformément à ce qui a été prévu. « Le rôle de la présidence est de garantir le respect des contrats en place », a conclu Mme Temido.

Les accords bilatéraux ont été fortement critiqués, car ils sapent la solidarité européenne et mettent en avant le « nationalisme vaccinal ».

Un porte-parole de la Commission européenne a confirmé lundi (11 janvier) que la commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire Stella Kyriakides devrait envoyer une lettre aux ministres de la Santé du navire européen, les exhortant à demeurer transparents dans la façon dont ils respectent les dispositions de la stratégie de vaccination européenne.

D'après Pascal Canfin, le Royaume-Uni a pris un risque en approuvant rapidement le vaccin contre le nouveau coronavirus

Le Royaume-Uni a été plus rapide que l’Union européenne à approuver les vaccins contre la Covid-19, mais il a également pris plus de risques avec les entreprises pharmaceutiques en acceptant toute responsabilité en cas de complications.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer