À quand une Europe sans tabac ?

Le « plan européen de lutte contre le cancer » tant attendu est en cours d’élaboration. L’accent devrait être mis sur la prévention, ciblant majoritairement les alcools et le tabac, notamment les produits tels que l’e-cigarette. [SHUTTERSTOCK/PHOTOGRAPEE.EU]

Le « plan européen de lutte contre le cancer » tant attendu est en cours d’élaboration. L’accent devrait être mis sur la prévention, ciblant majoritairement l’alcool et le tabac, notamment les produits tels que l’e-cigarette.

Un plan paneuropéen de lutte contre le cancer, telle est l’une des priorités de la Commission d’Ursula von der Leyen en matière de santé publique, bien que la crise liée au nouveau coronavirus en ait quelque peu détourné l’attention ces derniers mois.

Les actions prévues dans le plan, qui devait être présenté en décembre, viseront à soutenir, coordonner et renforcer les efforts des États membres dans chaque étape du traitement du cancer, notamment la prévention et la qualité de vie des survivants.

Un projet provisoire dudit programme consulté par Euractiv confirme que le « plan européen de la lutte contre le cancer » reposera sur quatre piliers – la prévention, le diagnostic précoce, le traitement et les soins de suivi – ainsi que sept initiatives clés et plusieurs stratégies de soutien.

Le plan doit être considéré comme « l’engagement politique de l’UE qui entend mettre tout en œuvre pour lutter contre le cancer », peut-on lire dans l’ébauche du document.

À cet effet, les promesses les plus ambitieuses ont été listées sous le pilier « prévention ». Parmi celles-ci figure la volonté de créer une « génération sans tabac » d’ici à 2040.

Étant donné que 90 % des cancers du poumon pourraient être évités en arrêtant de consommer du tabac, la Commission a comme objectif de réduire le nombre de fumeurs de tabac à moins de 5 % au cours des 20 prochaines années.

D’après l’exécutif, il est possible d’y parvenir en introduisant un cadre rigoureux de contrôle de tabac et en l’adaptant aux nouveautés et tendances du marché, comme les e-cigarettes ou le CBD.

Les États membres veulent taxer les e-cigarettes et les produits à base de tabac chauffé

Cette semaine, les pays de l’UE vont demander à la Commission d’inclure les nouveaux produits à base de tabac chauffé et les cigarettes électroniques dans la directive sur le tabac, afin qu’ils soient taxés comme les produits traditionnels.

Toujours selon le projet provisoire, il semblerait que Bruxelles envisage de mettre à jour la recommandation du Conseil sur les endroits non-fumeurs d’ici à 2023, et ce afin de « couvrir les nouveaux produits, comme l’e-cigarette et les produits à base de tabac chauffé ».

De plus, la taxation du tabac constitue l’un des instruments les plus efficaces pour lutter contre la consommation de tabac, et donc freiner les jeunes à commencer de fumer.

Afin de réduire le caractère attrayant du tabac et de ses produits connexes, la Commission devrait annoncer un réexamen de certains textes législatifs européens, notamment la directive sur les produits du tabac, la directive sur la taxation du tabac et le cadre juridique relatif aux achats transfrontaliers de tabac par des particuliers.

L’autre pan sur lequel le Berlaymont souhaite agir dans sa lutte contre le cancer est l’alcool, qui représente plus de 15 % des décès attribuables au cancer chez les hommes et 30 % chez les femmes.

L’UE entend également lancer des actions afin de réduire les publicités en ligne de boissons alcoolisées pour endiguer l’exposition des jeunes à ces produits.

« La Commission européenne proposera également d’agir contre la mise en avant de la consommation d’alcool par l’entremise du programme européen de promotion des produits agricoles ».

En outre, les aliments présentant des risques cancérogènes comme la viande rouge ou la viande transformée, qui constituent une grande partie du programme, pourraient en être supprimés.

Une proposition d’étiquetage obligatoire listant les ingrédients, les calories et les risques sanitaires sur les boissons alcoolisées devrait être dévoilée d’ici à la fin 2023.

Le nutriscore annoncé par la Stratégie européenne de la ferme à la fourchette (F2F) jouera aussi un rôle crucial dans les efforts visant à endiguer l’obésité, les mauvaises habitudes alimentaires et le manque d’activité physique.

Enfin, la Commission alignera ses normes de qualité de l’air sur les instructions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) afin d’agir également en matière d’environnement, de même qu’elle souhaite réduire l’exposition aux substances cancérogènes en révisant continuellement sa directive sur les agents cancérogènes.

La Commission compare la cigarette électronique à du poison

Selon un haut-fonctionnaire européen, la Commission européenne serait peu disposée à discuter des cigarettes électroniques avec l’industrie du tabac.

Subscribe to our newsletters

Subscribe