Bruxelles prête à intervenir contre Ebola en RDC

epa05959540 (FILE) - A Liberian man walk pass an ebola awareness painting on a wall in downtown Monrovia, Liberia, 22 March 2015 (reissued 12 May 2017). According to media reports, the World Health Organization (WHO) on 12 May 2017 declared the outbreak of ebola in the Democratic Republic Of Congo. EPA/AHMED JALLANZO [Ahmed Jallanzo/ EPA]

Le virus Ebola a ressurgi au Congo (RDC), ou il a déjà fait trois morts. La Commission s’est engagée à apporter l’aide nécessaire au pays, afin d’éviter une nouvelle épidémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu’au moins trois personnes étaient mortes du virus Ebola dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). Cette « crise de santé publique d’importance internationale », selon l’OMS, est la huitième épidémie depuis la découverte du virus, en 1976, en RDC.

Le premier cas est un homme de 45 ans mort dans le taxi qui l’emportait vers l’hôpital le 22 avril. Le chauffeur du taxi a également contracté le virus et est décédé peu après. La troisième victime s’était occupée du premier malade. Un total de 19 personnes sont sans doute touchées. L’un des cinq échantillons de sang testés indique clairement la présence du virus. 25 personnes ayant été en contact avec le deuxième patient sont sous étroite surveillance.

Kinshasa a immédiatement alerté l’OMS d’un début d’épidémie dans la zone de Likati, province du Bas-Uélé, dans le nord du pays, à 1 400 km de la capitale et près de la frontière avec la République centrafricaine.

L’éloignement de la zone pose des défis logistiques pour l’acheminement du matériel, des médicaments, et des équipes médicales, mais permet également de limiter la propagation de cette fièvre hémorragique hautement contagieuse.

La déforestation responsable de l'épidémie d'Ebola

La déforestation aurait favorisé la propagation du virus Ebola en Afrique de l’Ouest, a affirmé la ministre de l’Écologie, Ségolène Royale. 

Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Afrique pour l’OMS, s’est rendue à Kinshasa le 13 mai afin de rencontrer les autorités nationales et leurs partenaires et de mettre en place une réponse rapide pour juguler l’épidémie.

« J’ai l’espoir que nous allons contrôler très rapidement cette épidémie », a-t-elle déclaré à des journalistes après un entretien avec le ministre de la santé congolais, Oly Ilunga.  « Les actions sont déjà prises avec le gouverneur [de la province du Bas-Uélé] pour mobiliser le système de santé […] mobiliser les équipements » afin de lutter contre la maladie sur place, a-t-elle ajouté.

Matshidiso Moeti a également assuré le gouvernement de Kinshasa de l’« appui technique » de l’OMS. « Nous sommes prêts [à] mobiliser nos experts pour venir sur place en RDC », a-t-elle dit.

La dernière épidémie, qui a frappé l’Afrique occidentale en 2014-2015, a fait plus de 11 000 morts, principalement en Guinée, à la Sierra Leone et au Libéria. Officiellement, le virus, rapidement circonscrit, n’a cependant tué que 49 personnes en RDC lors de cette épidémie. L’OMS a déclaré la fin de l’épidémie en 2016.

Ebola illustre le manque de recherche sur les maladies des plus pauvres

L’Alliance du vaccin (Gavi) va financer la recherche pour un vaccin contre Ebola. Sans financement public, les laboratoires se détournent des maladies concernant les patients les plus pauvres.

Carlos Martin Ruiz De Gordejuela, porte-parole de la Commission européenne, a assuré à Euractiv que l’exécutif entendait fournir « toute l’aide nécessaire » au Congo.

Christos Stylianides, commissaire à l’aide humanitaire et coordinateur européen pour Ebola, et Vytenis Andriukaitis, commissaire à la santé, suivent de près l’évolution de la situation, a-t-il indiqué, ajoutant que le Centre de coordination de la réaction d’urgence (ERCC) avait déjà organisé une réunion pour la préparation d’une éventuelle intervention européenne. En cas de besoin, l’UE pourrait en effet déployer le corps médical européen.

L'UE met en place un corps médical après les épidémies d'Ebola et de Zika

The EU wants to quickly respond to health emergencies,  such as the Ebola and Zika virus outbreaks in the future with a new medical corps, the European Commission said on Monday (15 February).

Pour l’instant, aucune recommandation particulière n’a été émise pour les voyageurs.