Contraste frappant entre les taux de chômage des malvoyants européens

jobs_198.jpg

En Europe, le taux de chômage des personnes souffrant de déficience visuelle est le plus élevé en Roumanie (90 %) et le plus bas en Suède (moins de 60 %), selon les conclusions d’un projet de recherche en cours soutenu par l’UE.

 

Le rapport intitulé « The Hidden Majority » a révélé des contrastes frappants entre le taux d'emploi et des différences stratégiques structurelles par rapport aux personnes aveugles.

 

« Le taux d'inactivité économique diffère très largement. Il existe également une énorme variété de types d'emplois proposés », a déclaré Fred Reid, l'ancien président de la National Federation of the Blind and Partially Sighted du Royaume-Uni, lors d'un entretien accordé à EURACTIV.

 

M. Reid et sa collègue, Philippa Simkiss, la chef de l'unité des données statistiques du Royal National Institute of the Blind (RNIB) du Royaume-Uni, ont préparé les rapports des deux dernières années portant sur l'Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Suède.

 

L'Espagne et l'Italie utilisent des « activités réservées »

 

Les rapports définitifs sur l'Autriche et la France seront bientôt finalisés et l'année prochaine, une conclusion sera envoyée à la Commission européenne dont la direction générale de l'emploi et des affaires sociales a soutenu la recherche.

 

Ces rapports comprennent des statistiques et des résumés des conditions d'emploi dans les pays concernés ainsi que des recommandations d'action.

 

Un des contrastes les plus frappants a été remarqué entre l'Espagne, où les personnes aveugles peuvent exercer des « activités réservées » et l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, qui tentent d'intégrer autant que possible les personnes aveugles à la population active dans son ensemble.

 

« En Espagne, 80 % [des personnes souffrant d'une déficience visuelle] travaillent dans la vente de billets de loterie », a indiqué M. Reid.

 

C'est également le cas en Italie, où « les personnes souffrant d'une déficience visuelle sont orientées vers des emplois considérés comme des emplois pour personnes aveugles », a-t-il ajouté.

 

« L'Allemagne, l'Autriche, le Royaume-Uni et la Suède ont des réseaux sophistiqués de soutien. Ces pays proposent un agent de soutien lorsque c'est nécessaire et dans ces cas, un assistant doué de la vue est rémunéré par l'État », a expliqué M. Reid.

 

Les Espagnols ont tendance à penser que la loterie offre un emploi alors que le taux de chômage des personnes non voyantes est plus élevé au Royaume-Uni.

 

« Leur attitude est la suivante : “Vous préféreriez ne rien avoir du tout ?” », a-t-il expliqué.

 

Dans l'ensemble, le taux de chômage dans la zone euro s'élève à 11.4 % et à 10.5 % dans l'Union européenne des Vingt-Sept, selon Eurostat, l'office statistique européen.

 

Peu de thèmes régionaux émergent

 

D'après les rapports « Hidden Majority », il est rare de pouvoir généraliser la situation régionale des marchés du travail, la situation contrastée entre la  Pologne et la Roumanie en est d’ailleurs un exemple.

 

« Le taux d'inactivité est également élevé en Pologne, mais le pays tente systématiquement de le réduire et dispose d'un système de soutien à l'emploi fondé sur des droits. Un marché ouvert au grand public se mettra en place et se développera », a expliqué Fred Reid.

 

Il a toutefois affirmé que la Roumanie « était très en retard » et il a ajouté que le directeur de l'association locale des personnes aveugles avait déclaré aux chercheurs « que c'était presque un pays du tiers monde ».

 

Pour chaque rapport, M. Reid a expliqué que la nécessité de développer des services de soutien financés par l'État constituait la recommandation principale.

 

Fred Reid, qui est aveugle depuis l'enfance, a expliqué qu'il avait mené des pourparlers de haut niveau sur ces rapports avec la direction générale de l'emploi de la Commission. « Malheureusement, le principe de subsidiarité signifie que la pression directe exercée sur les États membres est infime », a-t-il expliqué. En d'autres termes, Bruxelles n'a pas voix au chapitre car ce domaine relève des États membres.

 

Il espère au contraire que les organisations de personnes non voyantes des États membres étudieront les conclusions des rapports et les utiliseront pour faire pression sur leurs gouvernements.

 

L'enseignement pose problème au Danemark

 

« Environ 30 % des personnes aveugles et malvoyantes entre 18 et 65 ans ont un certain lien avec le marché du travail, et cela vaut aussi bien pour l'emploi à temps plein que pour les personnes qui ne travaillent que cinq heures par semaine », a déclaré Thorkild Olesen, le président de l'association danoise pour les personnes aveugles.

 

Selon M. Olesen, le déclin des normes d'éducation des Danois souffrant d'une déficience visuelle est problématique.

 

« Notre niveau d'enseignement a radicalement chuté ces 40 dernières années. À l'heure actuelle, 57 % des personnes aveugles et malvoyantes entre 18 et 40 ans n'ont suivi que l’enseignement primaire. Certains problèmes n'ont donc pas été résolus. C'est très sérieux », a ajouté M. Olesen.

Réactions

 

« À l'heure actuelle, les municipalités [au Danemark] ont chacune une responsabilité [envers les personnes aveugles]. J'aimerais que leur approche se concentre davantage sur l'emploi pour les personnes aveugles et malvoyantes », a déclaré Thorkild Olesen, le président de l'association danoise pour les personnes aveugles.

 

« En créant par exemple des systèmes d'enseignement au sein du marché du travail afin qu'elles puissent garder leur emploi par la suite. Elles apporteraient également leur contribution à la société plutôt que compter sur les avantages. Lorsque 70 % des personnes aveugles et malvoyantes entre 18 et 65 ans auront pris leur retraite anticipée, nous serons alors confrontés à un sérieux problème » a-t-il ajouté.

Contexte

 

La fréquence des maladies oculaires est en augmentation et l'incidence mondiale devrait doubler entre 1990 et 2020.

 

La cécité est une complication commune d'autres maladies ou est provoquée par des complications liées à l'âge.

 

Toutes les cinq secondes dans le monde, quelqu'un devient aveugle et 80 % des cas de cécité peuvent être évités ou soignés.

 

Dans le monde, 285 millions de personnes souffrent de graves troubles de la vue. Parmi ces cas, 90 % se produisent dans les pays en développement. 

 

Prochaines étapes

  • 2013 : les notes de bas de page finales seront envoyées à la Commission européenne.

Plus d'information

 

Documents officiels de l'UE

 

Organisations internationales

 

Groupes de réflexion et universités

 

Presse

Subscribe to our newsletters

Subscribe