Coronavirus. Ce qu’il faut retenir de la conférence de presse de Castex, Véran et Blanquer

Le Premier ministre Jean Castex, accompagné d’Olivier Véran et de Jean-Michel Blanquer, a tenu une conférence de presse à Matignon jeudi 27 août. [EPA-EFE/CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL MAXPPP OUT]

Les Premier ministre, ministre de la Santé et ministre de l’Éducation nationale ont tenu une conférence de presse à Matignon pour faire le point sur la situation sanitaire en France, au lendemain de la présentation du protocole sanitaire par Jean-Michel Blanquer. Masque obligatoire à Paris, plan de reconfinements locaux, vaccin… Un résumé des dernières annonces par notre partenaire Ouest France.

Alors que les inquiétudes liées à l’épidémie de coronavirus montent en France, avec un pic de contaminations à plus de 5 000 nouveaux cas positifs pour la journée de mercredi 26 août selon Santé Publique France, et que certaines villes renforcent les mesures sanitaires préventives, le Premier ministre Jean Castex, accompagné d’Olivier Véran et de Jean-Michel Blanquer, a tenu une conférence de presse à Matignon jeudi 27 août.

À quelques jours de la rentrée scolaire et de la rentrée tout court, j’ai souhaité vous faire un point le plus complet possible sur la situation sanitaire que traverse notre pays et répondre à toutes les interrogations a déclaré en préambule le Premier ministre.

« Une phase incontestable de recrudescence de l’épidémie »

Jean Castex a commencé par faire un point sur la situation épidémiologique en France. Nous sommes dans une phase incontestable de recrudescence de l’épidémie depuis quelques semaines, a-t-il alerté.

Le Premier ministre a exposé les différents chiffres liés à la situation sanitaire en France : Nous étions à moins de 1 000 nouveaux cas par jour à la fin du confinement, aujourd’hui c’est 3 000. Le taux de positivité aux tests est de 3,7 % contre 1 % en mai et le taux d’incidence est 4 fois plus élevé qu’il y a un mois a-t-il constaté, tout en soulignant qu’il fallait les analyser avec prudence car plus on teste, plus on trouve.

Le Premier ministre a aussi insisté sur le nombre de cas positifs parmi les jeunes de 20 à 30 ans, avec un pourcentage de tests positifs à 6 %, plus que la moyenne nationale, qui s’explique par la forte présence d’asymptomatiques dans cette tranche d’âge.

Jean Castex a tenu à rappeler que la situation n’était pas aussi critique qu’au pic de l’épidémie – nous ne sommes pas dans une situation grave, Dieu merci, mais que la croissance de l’épidémie pourrait devenir exponentielle sans réaction des Français.

21 départements en rouge

Jean Castex a annoncé que 19 nouveaux départements étaient classés en rouge, c’est-à-dire en zone active de circulation du virus. Ils viennent s’ajouter à Paris et aux Bouches-du-Rhône, ce qui porte ce nombre à 21 départements.

Le Premier ministre a ensuite indiqué les mesures que pourraient prendre les préfets : Les préfets peuvent généraliser le port du masque dans l’espace public au moins dans les grandes agglomérations et grandes villes concernées. Il ne sera plus possible de déroger à l’interdiction de rassemblements de plus de 5 000 personnes, a détaillé Jean Castex en référence à l’épisode du Puy-du-Fou.

Il a aussi déclaré que les préfets pourraient suivre l’exemple des Bouches-du-Rhône, où les bars et restaurants ferment à 23 heures depuis mercredi 26 août.

« Une forme de relâchement ces dernières semaines »

Jean Castex et Olivier Véran ont tous deux alerté, à plusieurs reprises, sur le comportement des Français, jugés pas assez responsables, notamment sur le port du masque ou l’isolement. Nous assistons à une forme de relâchement ces dernières semaines a prévenu Jean Castex. Ce n’est pas parce que vous avez 20 ans que vous êtes à l’abri, vous pouvez choper le covid a quant à lui averti le ministre de la Santé.

Il faut faire le choix de la confiance, et répondre aux sollicitations de l’assurance maladie, demande Olivier Véran.

Ce n’est pas une vie de bagne, la démocratie peut s’accommoder de vivre avec le virus. C’est une forme de respect, a souligné Jean Castex.

Le port du masque obligatoire à Paris

Après Marseille, c’est Paris qui impose le port du masque dans toute la ville. Les Bouches-du-Rhône comme Paris sont classés dans les départements de circulation active du virus. Cela va entraîner des conséquences, j’ai indiqué que le préfet de police de Paris, après concertation, va étendre le port du masque dans l’ensemble de la capitale a annoncé le Premier ministre.

700 verbalisations par jour pour non-port du masque

Jean Castex a ensuite rappelé que le port du masque était obligatoire dans tous les espaces fermés, où se situent plusieurs personnes, les trains, les musées, les espaces de réunion, les supermarchés.

À l’école, tous les enseignants de la maternelle au lycée devront le porter, tout comme les collégiens et les lycéens.

Après ces brefs rappels, Jean Castex a indiqué que « 700 verbalisations par jour pour non-port du masque » avaient eu lieu par jour depuis le 17 août.

« Des plans de reconfinement sont prêts »

Le Premier ministre a affirmé que tout devait être fait pour éviter un reconfinement généralisé mais a néanmoins insisté sur le fait que des plans de reconfinement, locaux et globaux, étaient prêts.

Le Premier ministre a appelé à la mobilisation et à la responsabilité de tous.

La cohérence de notre action pourrait se résumer en une phrase : vivre avec le virus a asséné Jean Castex.

« 1 million de tests en septembre »

Le Premier ministre a rappelé les deux outils pour combattre l’épidémie, à savoir le respect des gestes barrières et la stratégie tester, tracer, isoler.

Nous faisons 830 000 tests par semaine aujourd’hui, notre objectif est celui d’un million de tests hebdomadaire d’ici septembre a-t-il précisé.

Olivier Véran a de son côté rappelé l’importance de continuer à traquer le virus, grâce aux médecins de ville, à l’assurance maladie et aux Agences Régionales de Santé.

Si vous êtes malade lorsque vous êtes appelés, il est fondamental de répondre aux questions qui vous sont posées, et si vous êtes cas contact, aussi, et il faut rester isolés

Le ministre a encouragé les Français à télécharger Stop Covid, en assurant que l’application était sécurisée.

On sera capable de de soigner « 29 000 malades » en réanimation

Si une pression sanitaire trop forte devait se faire sentir, nous avons anticipé et sécurisé nos capacités de réponse que ce soit en stocks de masques, gants et respirateurs a prévenu Olivier Véran.

60 millions de gants arrivent dans les prochains jours, nous prendrons un arrêté sur le plafonnement du prix des gants, si nécessaire.

Les stocks de médicaments de réanimation permettraient de soigner 29 000 malades.

Quatre milliards de masques sont en attente de livraison.

12 000 lits supplémentaires seront disponibles, pour accueillir deux fois plus de patients que lors de la première vague, a détaillé le ministre de la Santé.

L’espoir d’un vaccin « dès la fin de l’automne »

C’est le moyen le plus sûr pour éradiquer la maladie a rappelé Olivier Véran à propos du vaccin.

Toute la recherche mondiale est tournée vers cela, nous ne prendrons aucun risque avant de le donner aux Français. J’espère que d’ici la fin 2020 ou début 2021, nous aurons des pistes sérieuses, afin de le donner sans délai aux Français.

Les laboratoires progressent. Mais ils doivent répondre à des règles strictes, et répondre à différents essais, rappelle le ministre de la Santé. Il faut un vaccin efficace et sûr . Des précommandes ont été passées avec les laboratoires les plus près du but, qui pourraient peut-être arriver à une mise sur le marché du vaccin dès la fin de l’automne.

Sera-t-il rendu obligatoire ? Olivier Véran a jugé la question prématurée, d’autant qu’il faudra suivre les évaluations et les recommandations des différentes instances sanitaires sur le sujet. Nous avancerons avec pédagogie vers les Français le moment venu, a assuré le ministre, espérant que de nombreux citoyens auront naturellement et spontanément envie de se protéger.

« Éviter au maximum les fêtes familiales »

Jean Castex a rappelé l’importance des gestes barrières, notamment avec les personnes vulnérables et surtout en famille. Il faut au maximum éviter les fêtes familiales, car l’essentiel des contaminations se fait dans l’espace privé a averti le Premier ministre.

Il a ensuite pris l’exemple de l’école, à quelques jours de la rentrée scolaire : évitons que papy et mamie viennent chercher les enfants à l’école, quitte à renforcer le périscolaire.

« Tous les enfants doivent retourner à l’école »

Jean Castex a laissé la parole au ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer qui avait détaillé le protocole sanitaire pour la rentrée mercredi 26 août.

Il faut que les enfants aillent à l’école et ils y iront dès la semaine prochaine, le mardi 1er septembre, a insisté Jean-Michel Blanquer, en référence aux différents appels à repousser la rentrée. Car sans l’école, les inégalités s’accentuent.

Se vacciner contre la grippe

L’inquiétude monte à l’approche de l’hiver et des vagues de grippe et de gastro en plus du coronavirus, notamment pour les personnes les plus vulnérables. Pour le Premier ministre, il est primordial de se vacciner contre la grippe, cette année plus que les autres.

Inquiétudes sur le Tour du France

Alors que la Grande Boucle devrait prendre le départ ce samedi, les ministres ont assuré que le dispositif était certain. « C’est en plein air, et nous avons veillé à ce qu’il y ait à ce qu’il y ait des prescriptions et des contrôles » ont confirmé les ministres.

Il n’est pas du ressort du ministre de l’Éducation nationale d’annoncer des mesures de maintien de l’ordre ou d’organisation de manifestations, mais Jean-Michel Blanquer a confirmé qu’une suppression pure et simple n’était pas envisagée, au profit d’une réorganisation de la présence du public. Il a affirmé que le Tour de France d[eva]it montrer que l’on peut continuer à vivre.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER