Couvre-feu, rassemblements privés… Ce qu’il faut retenir des annonces d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est exprimé le 14 octobre lors d'une interview télévisée sur la situation de l'épidémie de Covid-19 en France. Il a annoncé qu'un couvre-feu serait établi à partir du 17 octobre 2020. [EPA-EFE/Guillaume Horcajuelo]

Le président de la République a annoncé de nouvelles mesures contraignantes afin de juguler l’épidémie de coronavirus qui connait un bond dans le pays. Un article de notre partenaire Ouest-France.

« On doit réagir ». Emmanuel Macron a pris la parole ce mercredi 14 octobre lors d’une interview accordée à TF1 et France 2 . Il y a évoqué la situation de l’épidémie de Covid-19 en France et annoncé de nouvelles mesures contraignantes pour juguler le bond des contaminations.

« Nous n’avons pas perdu le contrôle, mais nous sommes dans une situation préoccupante », a justifié en préambule le président. « Nous sommes dans cette deuxième vague » que connaissent plusieurs autres pays d’Europe.

Si les chiffres ne sont pas aussi graves qu’en mars, « nos services hospitaliers sont dans une situation plus préoccupante qu’avant », a-t-il soutenu. Alors que le virus circulait alors principalement dans le Grand Est et en Île-de-France, « aujourd’hui, le virus est partout ».

La pression sur les hôpitaux est donc une réalité sur tout le territoire. « Nos soignants sont fatigués. C’est pour ça que nous devons prendre des mesures très strictes. » L’objectif du président est de passer de 20 000 nouvelles contaminations à 3 000 voire 5 000 et de baisser le taux d’occupation des lits en réanimation par des patients Covid à 10-15 %.

Il a affirmé que les « Français ont été exemplaires » dans le respect des restrictions, « beaucoup plus que dans d’autres pays », mais a estimé que les prochaines décisions devront également être scrupuleusement observées « si on ne veut pas, dans 15 jours, trois semaines, un mois prendre des mesures plus dures encore ».

Couvre-feu dans huit métropoles et en Île-de-France

Le chef de l’État a annoncé la mise en place de « couvre-feux » en Île-de-France et huit métropoles : Aix-Marseille, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse. Cette mesure entrera en vigueur samedi à minuit pour quatre semaines mais pourra être prolongée jusqu’à décembre. Emmanuel Macron estime qu’on saura « d’ici six semaines » si les résultats sont satisfaisants.

Dans ces zones, les déplacements seront « strictement limités aux bonnes raisons » entre 21 heures et 6 heures. Les trajets devront à ces horaires être justifiés par une attestation de déplacement. Les personnes qui travaillent de nuit, ou ont des urgences seront par exemple autorisées à sortir. « Il y aura également des éléments de concertation sociale », a assuré Emmanuel Macron.

En l’absence d’un justificatif, l’amende sera de 135 euros, comme pour le défaut de port du masque. Les déplacements entre régions ne sont en revanche pas limités.

Les rassemblements privés limités à six personnes

« Dans le reste du pays, nous devons nous remobiliser collectivement », a préconisé le chef de l’État.

Il a recommandé de respecter dans le milieu privé « la règle de six », qui s’applique déjà dans les restaurants.

Emmanuel Macron a estimé que « les rendez-vous privés, les parties, les anniversaires, les moments de convivialité à 50 personnes, les soirées festives sont des vecteurs d’accélération » de l’épidémie.

Dans l’enceinte familiale, il a appelé à garder des distances de plus d’un mètre, se laver régulièrement les mains, et « porter le masque, même dans les réunions privées ». « C’est un réflexe qu’on doit prendre. »

Pour les vacances de la Toussaint, moment de retrouvailles pour beaucoup de familles entre les générations, le président de la République a considéré que les « gestes d’affection » ne correspondaient pas à la situation sanitaire actuelle.

Enfin, il a incité à aérer régulièrement les pièces, 10 minutes trois fois par jour.

Des aides aux secteurs touchés

Le chef de l’État prévoit un « accompagnement économique exceptionnel ». Les cinémas, théâtres, bars, restaurants devront également fermer entre 21 heures et 6 heures. Ces secteurs bénéficieront du chômage partiel financé à 84 % du net, jusqu’à 4,5 fois le Smic.

Le remboursement des prêts garantis par l’État pourra être étalé dans le temps.

Des dispositifs supplémentaires seront mis en place, prioritairement pour les TPE, PME et indépendants, a-t-il précisé.

Le chef de l’État a également incité au télétravail « là où c’est possible, dans les bureaux sans accueil du public par exemple, négocié au plus près du terrain ». Un rythme de 2 à 3 jours par semaine « réduit la circulation ».

Affirmant que le virus « touchait injustement les plus précaires », il a annoncé une aide de 150 euros pour les bénéficiaires des APL et du RSA ajoutée à 100 euros par enfants.

Une nouvelle application

Interrogé sur l’échec de l’application StopCovid, téléchargée par seulement 2 millions de personnes, Emmanuel Macron a précisé les nouvelles fonctionnalités de la nouvelle application. Celle-ci sera baptisée Tous anti-Covid et sera présentée le 22 octobre avant de « monter en charge ».

Elle présentera des informations générales et locales, répertoriera les points pour se faire tester, donnera un mode d’emploi et indiquera les zones où activer l’application, notamment lorsque l’on se rend au restaurant.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER