Covax demande un traitement égal pour tous les vaccins homologués par l’OMS

Pour les partenaires de Covax, toute mesure qui autorise seulement les gens protégés par une partie des vaccins homologués par l’OMS à profiter du retour des voyages « créerait un système à deux vitesses, qui accroîtrait encore le fossé vaccinal et exacerberait les inégalités que nous avons déjà constatées dans la distribution des vaccins anti-Covid ». [EPA-EFE/SERGEY DOLZHENKO]

Les autorités partout dans le monde doivent considérer comme pleinement vaccinée toute personne ayant été immunisée avec les sérums homologués par l’OMS et les grandes agences sanitaires, notamment pour les voyages ou les rassemblements, a estimé jeudi (1er juillet) le système Covax.

Cette prise de position vient après l’introduction ce jeudi du certificat Covid dans les 27 pays de l’UE, plus la Suisse, le Liechtenstein, l’Islande et la Norvège.

Mais, dans une décision critiquée ces derniers jours par nombre de pays, notamment africains, l’Agence européenne des médicaments (EMA) ne reconnaît pas la version indienne du vaccin AstraZeneca (Covishield), qui garantirait un droit d’entrée dans ces pays. L’EMA estime qu’il y a des « différences » possibles dans la fabrication.

Pour les partenaires de Covax, toute mesure qui autorise seulement les gens protégés par une partie des vaccins homologués par l’OMS à profiter du retour des voyages « créerait un système à deux vitesses, qui accroîtrait encore le fossé vaccinal et exacerberait les inégalités que nous avons déjà constatées dans la distribution des vaccins anti-Covid ».

« Cela impacterait négativement la croissance des économies qui ont déjà le plus souffert », insiste le programme Covax, un partenariat entre l’Organisation mondiale de la Santé, l’Alliance du vaccin (Gavi) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies( Cepi).

Et le groupe estime aussi que cela mine un peu plus la confiance déjà fragile dans la vaccination, notamment avec les doses d’AstraZeneca.

Certificat Covid européen : un risque de discrimination, avertit l'Union africaine

Le certificat, qui doit entrer en vigueur à partir de jeudi, est censé dispenser son titulaire d’un test supplémentaire ou d’une quarantaine à l’arrivée en Europe.

Le système Covax reposait pour l’essentiel sur les doses du vaccin AstraZeneca fabriquées par le Serum Institute of India et qui n’est donc pas reconnu par l’EMA. Il a pour l’heure permis de distribuer plus de 91 millions de doses dans 133 pays. C’est très en-deçà de ses prévisions, l’Inde ayant bloqué les exportations de ce vaccin pour vacciner en priorité sa propre population.

Pour ce qui concerne l’UE, les pays sont tenus d’accepter sur leur sol les voyageurs vaccinés avec les quatre produits autorisés au niveau de l’Union européenne : Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson&Johnson.

Toutefois, les États membres peuvent, mais n’y sont pas obligés, admettre les personnes vaccinées avec des sérums autorisés dans certains pays de l’UE (comme le russe Spoutnik V utilisé en Hongrie), ou avec des produits homologués par l’OMS (comme le chinois Sinopharm, mais aussi le Covishield très utilisé en Afrique).

L’OMS a accordé son homologation d’urgence aux vaccins anti-Covid de Sinovac, Sinopharm, Moderna, Pfizer-BioNTech, aux deux sérums AstraZeneca fabriqués en Inde et en Corée du Sud (l’OMS compte cela pour deux homologations même si le produit est identique, Ndlr) et à celui de Johnson & Johnson, appelé Janssen.

Le vaccin AstraZeneca fabriqué en Inde n’est pas accepté dans l’UE selon l’EMA

La version indienne du vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca n’est pas autorisée dans l’UE en raison de la possibilité de « différences » avec l’original, a déclaré mercredi (30 juin) l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Subscribe to our newsletters

Subscribe