Covid-19: la vaccination des enfants, « peut-être » mais « pas tout de suite »

« Encore une fois, je ne veux pas aller trop vite », a dit le ministre des Solidarités et de la santé, Olivier Véran. « De toute façon ce n’est pas d’actualité parce que nous avons des adultes à vacciner en priorité ». [EPA-EFE/LUDOVIC MARIN]

La vaccination des moins de 18 ans contre le Covid-19 se fera « peut-être » mais « pas tout de suite », a déclaré lundi le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFMTV.

« C’est pas tout de suite, mais c’est peut-être », a-t-il répondu, interrogé par la chaîne sur le sujet de cette éventuelle vaccination des enfants et adolescents.

« C’est pas tout de suite parce que d’abord nous devons vacciner les adultes et qu’il nous reste encore un certain nombre de dizaines de millions de Français à vacciner », a-t-il détaillé. « Et ensuite c’est peut-être parce que des autorités sanitaires estiment que ça pourrait être nécessaire, au moins en descendant jusqu’à l’âge de 12 ans ».

« Les premières études des laboratoires sur les vaccins ARN messager, Pfizer, Moderna, montrent que les vaccins sont sûrs et efficaces. Il nous faut encore des détails, une autorisation de l’agence européenne, une autorisation des autorités sanitaires françaises. Et ensuite nous pourrons l’envisager », a poursuivi M. Véran.

« Encore une fois, je ne veux pas aller trop vite », a dit le ministre. « De toute façon ce n’est pas d’actualité parce que nous avons des adultes à vacciner en priorité ».

« Nous l’anticipons bien sûr. Nous nous dotons des vaccins nécessaires (…), mais vous dire à quel endroit et à quelle date des enfants pourraient être vaccinés, si les vaccins étaient efficaces et sûrs, et si les autorités nous le disaient, là j’irais un petit peu trop loin », a affirmé M. Véran.

Il s’est dit optimiste sur l’effet de la vaccination des plus de 18 ans sur les chiffres d’hospitalisations. « Dans les deux à trois semaines qui viennent, on va libérer des lits en réa (…) Quoi qu’il arrive on va avoir moins de patients en réanimation », a-t-il projeté.

Il est "injuste" de reprocher à l'Allemagne sa position sur les brevets vaccinaux, selon le Premier ministre portugais

Le premier ministre portugais a déclaré qu’il considérait comme « injustes » les arguments qui imputent à l’Allemagne le scepticisme de l’UE concernant la renonciation aux brevets sur les vaccins COVID-19, soulignant que la plupart des États membres suivent la même ligne.

Subscribe to our newsletters

Subscribe