Covid-19 : « pas de besoin urgent » d’une dose de vaccin en plus, selon une agence européenne

« La priorité doit être de vacciner les personnes éligibles qui n’ont pas encore terminé leur vaccination », défend l'ECDC. [FRstudio/Shutterstock]

Il n’y a actuellement « pas de besoin urgent » d’administrer une dose supplémentaire de vaccin pour renforcer l’immunisation contre la Covid-19 dans la population en général, a affirmé mercredi (1 septembre) l’agence européenne chargée des maladies.

Dans une note technique publiée mercredi soir, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) recommande en revanche ces doses supplémentaires ou « booster » pour les personnes ayant des systèmes immunitaires affaiblis, en ligne avec la position de l’OMS.

« En l’état actuel des connaissances, il n’y a pas de besoin urgent d’administrer des doses “booster” pour les personnes entièrement vaccinées dans la population en général », indique l’ECDC dans un communiqué.

« La priorité doit être de vacciner les personnes éligibles qui n’ont pas encore terminé leur vaccination », poursuit le centre.

En revanche, « des doses supplémentaires doivent d’ores et déjà être envisagées pour des personnes avec des systèmes immunitaires gravement affaiblis dans le cadre de leur vaccination initiale, si elles n’atteignent pas un niveau suffisant de protection », ajoute l’agence européenne basée à Stockholm, qui recouvre une trentaine de pays, dont les 27 membres de l’UE.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait dénoncé le 18 août la ruée des pays riches vers une 3e dose de vaccin contre la Covid en soulignant que les données scientifiques n’avaient pas démontré leur nécessité à ce stade.

Injecter une 3e dose maintenant revient à « distribuer des gilets de sauvetage supplémentaires à des personnes qui en ont déjà un, pendant que nous laissons d’autres personnes se noyer sans le moindre gilet de sauvetage », avait notamment affirmé le directeur des urgences de l’OMS, Mike Ryan.

Face à des signes d’affaiblissement des vaccins face au variant Delta, plusieurs pays ont décidé ou envisagé des doses de rappel, le plus souvent pour les personnes fragiles mais parfois pour toute la population.

« Tous les vaccins autorisés dans l’UE sont actuellement hautement protecteurs contre l’hospitalisation et les formes graves liées à la Covid-19, tandis qu’un adulte sur trois de plus de 18 ans n’est pas encore pleinement vacciné », souligne toutefois l’ECDC.

Une 4e vague moins forte que prévu, si la vaccination se poursuit, selon l’Institut Pasteur

Grâce au passe sanitaire, au retour de certains gestes barrières, et à la hausse importante de la vaccination, la quatrième vague pourrait être moins forte que prévu à l’hôpital.

Subscribe to our newsletters

Subscribe