COVID-19 : une étude serbe révèle que la vaccination réduit de 60 fois le risque d’hospitalisation

Sur les 28 630 personnes vaccinées incluses dans la recherche, seuls six patients ont dû être hospitalisés trois semaines après avoir reçu la deuxième dose. [Unsplash/Diana Polekhina]

Une étude préliminaire menée auprès de 29 000 personnes vaccinées et de 100 000 personnes non vaccinées dans la ville de Kragujevac, dans le centre de la Serbie, a montré que le nombre de personnes entièrement vaccinées hospitalisées à cause du COVID-19 trois semaines après avoir reçu la deuxième dose du vaccin est près de 60 fois inférieur à celui des personnes qui n’ont pas reçu le vaccin.

Selon le quotidien Blic, la recherche, menée entre janvier et mars, a contrôlé si et dans quelle mesure les vaccinés sont tombés malades par rapport aux non-vaccinés, l’incidence de la pneumonie et combien de citoyens vaccinés ont dû être hospitalisés.

Les résultats ont montré que le risque de contracter une pneumonie trois semaines après la deuxième dose du vaccin est 15 fois moins élevé chez les citoyens vaccinés. Ainsi, sur les 28 630 personnes vaccinées incluses dans la recherche, seuls six patients ont dû être hospitalisés trois semaines après avoir reçu la deuxième dose.

Selon l’étude, 0,2 % des citoyens ayant reçu le vaccin chinois Sinovac, 0,1 % de ceux ayant reçu le vaccin Spoutnik V et aucun patient ayant reçu les vaccins Pfizer ou AstraZeneca n’a été admis à l’hôpital.

« Le vaccin réduit le nombre d’infections, les symptômes plus graves et le nombre de [citoyens] hospitalisés. Quelqu’un est-il tombé malade ? Oui, ils l’ont été, mais il faut tenir compte de la nature des symptômes. Nous ne regardons pas seulement le nombre de ceux qui sont tombés malades, mais plutôt le nombre de patients qui ont dû aller à l’hôpital, aussi, et ces informations témoignent irréfutablement de symptômes plus légers chez les vaccinés », a déclaré le chef de la recherche, spécialiste en microbiologie et professeur à la faculté de médecine de Kragujevac, Dejan Baskić.

La recherche a été menée à Kragujevac, mais en raison du nombre de citoyens couverts, elle peut facilement être considérée comme représentative au niveau national. Les données ont été obtenues auprès du centre de santé de Kragujevac, qui est chargé d’enregistrer toutes les personnes vaccinées et malades de cette ville.

L'Espagne devrait avoir son propre vaccin d'ici à la fin de l'année

L’Espagne devrait disposer de son propre vaccin COVID-19 avant la fin de cette année, a déclaré le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez, qui a décrit le projet de la société pharmaceutique locale Hipra comme l’un des plus prometteurs en Europe pour mettre fin à la pandémie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe