La Croatie prend des mesures préventives contre la peste porcine africaine

Le ministre croate de l’Agriculture a annoncé de nouvelles mesures préventives que toutes les exploitations agricoles devront adopter pour empêcher l’apparition de la peste porcine africaine (PPA) .

Lors d’une réunion du ministère de l’Agriculture, les producteurs et les représentants du secteur porcin, l’Institut vétérinaire de Croatie, la Chambre nationale des vétérinaires et la Fédération de chasse ont discuté en détail des mesures que le ministère doit prendre prochainement.

Zagreb veut accélérer les procédures, car le risque de voir apparaitre le virus sur le territoire augmente : des cas de peste porcine ont été détectés chez les voisins serbes.

D’après les mesures, les exploitations agricoles qui ne répondent pas aux normes de biosécurité ne seront pas autorisées à vendre ou déplacer des porcs. La Commission européenne a, quant à elle,  approuvé les financements de la Croatie pour l’abattage sélectif de truies.

De plus, le ministère a introduit un système grâce auquel celui ou celle qui signale l’endroit où se trouvent des carcasses de porcs ou de sangliers est récompensé(e) par l’argent. Pour plus de facilité, les témoins pourront appeler gratuitement un numéro téléphonique ou envoyer un mail à qui de droit. Une directive de biosécurité sera ensuite publiée, une fois la ou les carcasses trouvée(s).

La PPA est un virus qui est généralement mortel pour les porcs, mais sans danger pour les humains. À l’heure actuelle, aucun vaccin n’existe pour éradiquer la maladie.

Début août, le virus a été identifié dans neuf États membres de l’UE, soulevant plusieurs questions à Bruxelles. L’exécutif européen a récemment décrit la situation comme étant critique et a appelé les États membres à faire le nécessaire sur leur territoire, en mettant en place des mesures de biosécurité.

Entre temps, la peste porcine s’est propagée en Asie. Les médias asiatiques laissent entendre que les Philippines ont été touchées la semaine dernière — le virus se rapprochant ainsi dangereusement des côtes australiennes — alors que la Chine doit faire face à la perte de près d’un tiers de sa production porcine. La Chine élève près de la moitié des porcs de la planète, soit autour de 440 millions d’animaux.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.