D’après la Commission européenne, la vaccination des enfants n’est pas une décision « politique »

« Les États membres sont responsables de la mise en place de stratégies vaccinales. Parmi celles-ci figure la décision de vacciner les enfants. Avant d’être une décision gouvernementale, il s’agit surtout d’une décision que les parents doivent prendre avec l’enfant », a expliqué la source. [Shutterstock/Africa Studio]

La décision de vacciner les enfants n’est pas une décision politique, mais une décision scientifique éprouvée, a déclaré un représentant de la Commission européenne.

« Les États membres sont responsables de la mise en place de stratégies vaccinales. Parmi celles-ci figure la décision de vacciner les enfants. Avant d’être une décision gouvernementale, il s’agit surtout d’une décision que les parents doivent prendre avec l’enfant », a expliqué la source.

Le 28 mai, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a autorisé l’utilisation du vaccin Pfizer-BioNtech pour les enfants âgés de 12 à 15 ans. Si l’Allemagne a déjà déclaré qu’elle commencerait à vacciner les adolescents à partir du 7 juin, d’autres pays préfèrent attendre la rentrée des classes en septembre.

L'Allemagne sur le point de vacciner ses adolescents

En Allemagne, les adolescents âgés de 12 ans et plus pourront bientôt demander à recevoir le vaccin de BioNTech/Pfizer alors que l’Agence européenne des médicaments (AEM) devrait autoriser vendredi (28 mai) le vaccin pour les enfants et les adolescents.

L’exécutif européen s’est prononcé en faveur de la vaccination pour les enfants, puisqu’il est fort probable que le SARS-CoV-2 devienne endémique, au même titre que l’influenza.

« La présence continue du virus pourrait rendre la vaccination des enfants souhaitable. En effet, la circulation du virus pourrait poser un risque d’apparition et de propagation de variants. »

Aux yeux du porte-parole, même si les enfants sont moins à risque de contracter une maladie grave, leur vaccination pourrait entraîner des conséquences favorables sur la population : elle réduirait la transmission du virus à l’échelle de la collectivité sans perturber l’éducation et la vie sociale.

« Les répercussions [néfastes] du virus sur la santé mentale des adolescents, qui ne peuvent pas aller à l’école ou participer à la vie en société, ont déjà été observées. »

Covid-19: la vaccination des enfants, "peut-être" mais "pas tout de suite"

La vaccination des moins de 18 ans contre le Covid-19 se fera « peut-être » mais « pas tout de suite », a déclaré lundi le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFMTV.

Subscribe to our newsletters

Subscribe