Directive tabac au Parlement : les vapoteurs sur la sellette

Tonio Borg_smaller.jpg

Le Parlement européen examine aujourd'hui la directive relative aux produits du tabac à Strasbourg, après un premier report. Les cigarettes électroniques risquent d'être renvoyées dans les pharmacies, ce qui inquiète leurs distributeurs.

Lors du Forum européen de la santé Gastein en Autriche le 4 octobre, le commissaire européen à la santé Tonio Borg avait déclaré qu'il comptait lancer les négociations sur la directive. Il espère qu'elle sera adoptée avant la fin du mandat du Parlement en avril 2014.

« Je pense que la rapporteure du Parlement, Mme McAvan [eurodéputée britannique, Socialistes & Démocrates] recevra un mandat pour commencer les négociations avec les gouvernements sur la directive tabac », a indiqué le commissaire. Il a ajouté que l'objectif de cette directive était de réduire le nombre de fumeurs dans l'UE de 2,4 millions, soit 2 % au cours des cinq prochaines années.

« Je pense que nous pouvons y arriver. La directive sur le tabac nous aidera [et constituera] une force, même s'il existe d'autres moyens de restreindre la consommation de tabac », a précisé M. Borg.

Le 8 octobre, le Parlement va décider s'il faut imposer dans toute l'UE un pictogramme qui recouvre 75 % de l'emballage des paquets de cigarettes, sur l'avant et l'arrière. Les eurodéputés envisageront également de réglementer les cigarettes électroniques de plus en plus en vogue et d'interdire les cigarettes slim destinées aux jeunes femmes.

Le Parlement devait se prononcer le 10 septembre, mais les dirigeants des principaux groupes politiques de centre-droit au Parlement, le Parti populaire européen (PPE), l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE) et le Groupe des conservateurs et réformistes européens (CRE), ont agi de concert pour reporter le vote au 8 octobre.

L'amélioration de la santé

Les ministres de la santé de 16 États membres ont également incité les eurodéputés à lancer les négociations le plus rapidement possible en vue de conclure un accord avant la fin de l'année.

Les 16 États membres sont l'Autriche, la Belgique, Chypre, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Irlande, la Lettonie, Malte, les Pays-Bas, la Slovénie, la Suède et le Royaume-Uni. Les ministres s'inquiètent particulièrement du nombre d'enfants et de jeunes toujours attirés par les produits du tabac. Ces derniers deviennent dépendants et les conséquences sur leur santé sont graves.

Les ministres ont ajouté que le traitement des patients atteints de maladies associées au tabac était lourd. Mais ces coûts sur les systèmes de santé publique peuvent être évités en période d'austérité.

La première réglementation antitabac a été introduite dans les années 1980 dans l'UE. Depuis lors, la législation et les politiques européennes en la matière se sont développées dans la réglementation de la production, de la publicité, de la protection de la population contre le tabagisme passif et de la prévention.

Le commissaire à la santé, Tonio Borg, devrait élargir la portée des réglementations qui régissent le commerce du tabac dans la révision de la directive de 2001 sur les produits du tabac. Ces règles devraient concerner les cigarettes électroniques potentiellement néfastes, les arômes, et éventuellement les stratégies de marketing, comme les emballages neutres.

  • 8 oct. : vote au Parlement sur la nouvelle législation relative au tabac

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER