L’UE règlemente la cuisson des frites

Belgian fries

Les représentants des 28 États membres ont voté le 19 juillet en faveur d’une proposition de la Commission européenne pour réduire la présence dans les aliments de l’acrylamide, une substance cancérigène bien connue, présente dans les frites, les chips, le pain, les biscuits ou le café.

Une fois appliquée, la nouvelle réglementation exigera des producteurs alimentaires, des chaines de fast-food et des restaurants qu’ils prennent des mesures pour s’assurer que les niveaux d’acrylamide dans leurs produits restent en-dessous des valeurs de référence.

Ces mesures resteront « proportionnées à la taille et à la nature de leur établissement », a déclaré la Commission européenne dans un communiqué.

La décision a été applaudie par le ministre belge de l’Agriculture, qui soutient que l’UE épargnera les « friteries » nationales, qui n’auront donc pas à changer leurs recettes traditionnelles

Le commissaire en charge de la santé et de la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, s’est également félicité de ce vote : « Aujourd’hui, nous avons franchi un pas important dans la protection de la santé et du bien-être des citoyens. Le nouveau règlement permettra non seulement de réduire la présence de cette substance cancérogène, mais contribuera à sensibiliser l’opinion publique à la manière d’éviter l’exposition à ladite substance, qui est souvent liée à la cuisine domestique. »

L’acrylamide est une substance chimique qui se forme naturellement lorsque les féculents, comme les pommes de terre ou les céréales sont cuits, frits ou rôtis au-dessus de 120°C. Les consommateurs sont exposés à l’acrylamide dans les aliments produits de manière industrielle comme les chips, le pain, les biscuits et le café mais aussi ceux cuisinés à la maison, comme des frites cuites au-dessus de 175 degrés ou des tartines de pain brulées le matin.

Frites : attention danger sur l'acrylamide

Une proposition de l’exécutif européen sur l’acrylamide, une substance toxique qui se forme lors de cuisson à haute température, pourrait émerger en 2017. Les frites sont au banc des accusés.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a confirmé en 2015 que l’acrylamide augmentait potentiellement le risque de développement d’un cancer. La substance a été liée pour la première fois au cancer en 2002, lorsque des chercheurs suédois ont découvert le composé par accident.

Pas de limites contraignantes pour l’instant

Le texte approuvé aujourd’hui va maintenant être transmis au Conseil et au Parlement européen. Les deux institutions disposent d’un délai de trois mois pour l’examiner, avant son adoption finale par la Commission. L’entrée en vigueur pourrait être prévue pour le printemps 2018, indique l’exécutif.

Le BEUC, le Bureau européen des consommateurs, estime que ce vote est une « première étape » mais regrette que l’UE ne soit pas allée jusqu’à établir des limites contraignantes pour certaines denrées alimentaires, ce que la Commission a promis d’entreprendre à un stade ultérieur.

Pendant plus de dix ans, les producteurs industriels d’aliments ont essayé de réduire les quantités d’acrylamide dans leurs produits et ont développé une boite à outils en collaboration avec la Commission européenne et les États membres, ainsi qu’un code de bonnes pratiques pour les PME.

FoodDrinkEurope, une association professionnelle, affirme que ces efforts d’autorèglementation ont permis de réduire les niveaux d’acrylamide dans certains produits alimentaires. Mais pour le bureau des consommateurs, ils font peu de différence.

« Cela fait quinze ans que les scientifiques ont découvert l’acrylamide dans les aliments et prévenu de ses effets sur la santé. Pourtant, les niveaux de cette substance cancérigène sont restés globalement inchangés », commente Monique Goyens, directrice du BEUC. « C’est donc une bonne nouvelle que l’UE oblige enfin l’industrie à agir et à réduire l’acrylamide dans les frites, les chips, le pain, les biscuits et le café ».

La Commission prévoit désormais d’engager les discussions sur la fixation de teneurs maximales d’acrylamide dans certains aliments, suite à l’adoption de ce nouveau règlement. Une décision attendue depuis longtemps, estime Monique Goyens.

« Si certains producteurs peuvent réduire les teneurs en acrylamide, alors les autres le peuvent aussi », a-t-elle affirmé, avant d’ajouter : « Personne ne demande d’interdire un quelconque aliment. Nous restons toutefois convaincus que des limites contraignantes sont nécessaires pour protéger de manière efficace les consommateurs. Sans ces limites, les producteurs seront toujours autorisés à vendre des produits qui contiennent de hauts niveaux d’acrylamide. »