Les régions européennes veulent un Erasmus pour les médecins

Il faut adapter les systèmes de soins de santé européens à une espérance de vie plus longue. [Monkey Business Images/Shutterstock]

Pour renforcer l’intégration des différents systèmes de santé des États membres, le Comité des régions  a proposé d’inclure les professionnels de la santé dans les programmes d’échange européens. . Un article d’Euractiv Espagne.

Dans un avis adopté lors de la session plénière du Comité des régions, les représentants des régions européennes ont souligné que les politiques visant à réduire les inégalités en matière de soins « ne pouvaient pas être vues comme une charge budgétaire », mais devraient au contraire être considérées comme un investissement pour le bien-être.

D’après la rapporteuse suédoise, Birgitta Sacrédeus, les systèmes de santé européens doivent s’adapter à un « nouveau paysage de maladies » dans lequel davantage de fonds sont consacrés aux nouvelles maladies chroniques. « Il faudrait donner plus d’importance aux actions préventives et à la promotion de la santé, et les systèmes de soins primaires doivent être renforcés », a-t-elle déclaré.

Elle a également rappelé que les systèmes de santé européens devraient offrir aux maladies mentales le même niveau de priorité qu’aux maladies physiques.

Les pays européens inégaux devant l'obésité infantile

D’après un récent rapport, les familles ne sont pas en mesure de lutter contre l’obésité sans l’aide du gouvernement dans les pays européens

Une des réformes proposées par les personnalités politiques régionales est d’inclure une formation pour les professionnels de la santé dans le programme Erasmus+. D’après eux, cette initiative serait « un pas dans la bonne direction » pour encourager les professionnels du secteur à partager leurs connaissances et à s’ouvrir à de nouvelles expériences et procédures.

L’avis, auquel un seul représentant s’est opposé, encourage l’UE à « améliorer l’intégration, la coopération et la performance des systèmes de santé » afin de les adapter à un environnement dans lequel les Européens vivent à présent « des vies plus longues et plus saines » que dans le passé.

« Si une population en bonne santé contribue à la prospérité, au bien-être et au développement économique de la société, d’importantes inégalités persistent entre les États membres et les régions, et à l’intérieur même de celles-ci », a indiqué le Comité des régions.

La Commission veut mieux évaluer les technologies de la santé

Pour devenir durables et rentables, les systèmes de santé nationaux devraient adopter les évaluations des technologies de la santé, selon le Commissaire Vytenis Andriulaitis.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.