L’Europe tire son épingle du jeu dans le partage des vaccins à l’échelle mondiale

À l’occasion d’un débat au sein du Parlement européen organisé mercredi (19 mai) et traitant de la proposition de lever les brevets vaccinaux, désormais soutenue par les États-Unis, le ministre portugais a réitéré la volonté de l’UE d’aborder toutes les options afin d’élargir l’accès au vaccin à travers le monde. [Shutterstock/André Curvelo Campos]

L’Europe se tient prête à discuter de propositions concrètes sur la levée des brevets vaccinaux. Sur la scène internationale, le bloc tire jusqu’à présent son épingle du jeu, a fait savoir le ministre portugais des Affaires étrangères Augusto Santos Silva.

À l’occasion d’un débat au sein du Parlement européen organisé mercredi (19 mai) et traitant de la proposition de lever les brevets vaccinaux, désormais soutenue par les États-Unis, le ministre portugais a réitéré la volonté de l’UE d’aborder toutes les options afin d’élargir l’accès au vaccin à travers le monde.

Tout en mettant en exergue les efforts de l’UE à cet égard, le représentant du Conseil de l’UE a appelé les autres pays producteurs à faire de même.

« Notre protection des uns et des autres. Il est donc dans notre intérêt d’œuvrer sans attendre afin de garantir l’universalité de l’accès au vaccin et la vaccination de l’ensemble de la population mondiale. C’est pourquoi toutes les propositions sont les bienvenues et devraient être abordées », notamment dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (Accord sur les ADPIC), a-t-il renchéri.

Cependant, il est nécessaire que « les propositions soient présentées de façon détaillée dans le but de pouvoir entamer les discussions ». C’est pourquoi l’Europe attend actuellement « que les États-Unis s’y attellent, en exposant un projet concret ».

« Entretemps, nous ne pouvons pas attendre. Entretemps, nous devons agir. D’abord en élargissant et en renforçant notre capacité de production. Ensuite en garantissant l’accès aux vaccins pour les pays qui n’en produisent pas, grâce aux exportations. »

« L’Europe tire son épingle du jeu sur la scène internationale à travers sa volonté et ses actions, qui ont permis d’augmenter considérablement la capacité de production des vaccins à l’échelle mondiale et d’exporter presque la moitié de ses vaccins à d’autres pays », a-t-il expliqué.

« De ce fait, nous sommes ouverts à toute possibilité visant à garantir la vaccination universelle. Cependant, dans un même temps, laissez nous faire maintenant ce que nous pouvons faire maintenant. Nous pouvons augmenter nos capacités de production et inviter les pays producteurs à s’engager, avec l’UE, à exporter leurs biens dans le but d’assurer l’accès au vaccin dans le monde entier. »

Au cours du débat, le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis s’est aligné sur les propos de ministre portugais des Affaires étrangères, notant que « l’UE était prête à examiner dans quelle mesure les propositions pour une levée ciblée et temporaire des droits de propriété intellectuelle » pourraient permettre d’atteindre l’objectif de renforcement de la production et de l’accessibilité équitable aux vaccins. Toutefois, il a signalé que ces démarches pourraient être chronophages, car d’autres actions doivent être lancées sur d’autres fronts.

Subscribe to our newsletters

Subscribe