Europol met en garde contre la vente de faux certificats PCR négatifs

Europol tire la sonnette d’alarme: la vente illégale de certificats PCR négatifs pour les voyages prend de l’ampleur au sein de l’UE. L’agence a notamment démantelé des réseaux qui proposaient de faux résultats de tests coûtant jusqu’à 300 euros dans certains aéroports. Un article d’Euroefe.

Selon l’office européen de police (Europol), les autorités de différents pays ont découvert des certificats frauduleux de tests négatifs au Covid-19. Ces derniers sont vendus aux voyageurs pour leur permettre de monter à bord d’un avion ou d’un train, une exigence formulée par un nombre croissant de pays européens pour contenir la propagation du coronavirus.

En décembre 2020, la police nationale espagnole a arrêté un fraudeur accusé d’avoir vendu de faux certificats PCR négatifs en ligne pour 40 euros, tandis qu’aux Pays-Bas, les enquêteurs ont découvert un réseau vendant des certificats PCR pour quelque 50 à 60 euros via des applications de messagerie.

L’un des derniers cas répertoriés de vente de faux tests concerne l’aéroport de Luton, au Royaume-Uni. Un homme a été arrêté alors qu’il tentait de vendre des certificats Covid-19 à des voyageurs en provenance de l’Union, pour lesquels le Royaume-Uni exige un test PCR négatif comme condition d’accès à son territoire.

Les fraudeurs ont été surpris en train de vendre ces documents pour un prix de 100 livres sterling (environ 113 euros). Ils avaient falsifié le nom d’un laboratoire pour donner plus de crédibilité à ces certificats illicites.

Virus : l'UE appelle à limiter les voyages face à une situation "très grave"

L’Union européenne a appelé à éviter les voyages non essentiels entre les pays du bloc pour faire face à la menace des nouveaux variants du coronavirus, jugeant la situation sanitaire « très grave », à l’issue d’un sommet des Vingt-Sept par vidéoconférence jeudi.

Un réseau de contrefaçon a également été démantelé à l’aéroport français Charles de Gaulle à Paris. Pour un montant compris entre 150 et 300 euros, ses membres vendaient aux passagers de faux certificats attestant d’un résultat négatif.

Documents de bonne qualité

Europol souligne avoir également reçu des informations sur « l’utilisation présumée d’une application mobile par le groupe des Rathkeale Rovers (criminels opérant en Irlande), permettant aux membres de ce groupe du crime organisé de falsifier manuellement les résultats des tests » en échange d’argent.

La découverte de ces faux certificats confirme que « les criminels, qu’il s’agisse de groupes de criminalité organisée ou de fraudeurs individuels opportunistes, saisissent les opportunités de profit chaque fois qu’elles se présentent », explique Europol, qui avertit que tant que les restrictions de voyage liées à la pandémie resteront en place, il est « très probable que la production et la vente de faux certificats d’essai prévaudront ».

L’agence a précisé que les réseaux de criminalité organisée utilisaient des moyens technologiques largement disponibles, allant d’imprimantes de haute qualité jusqu’à différents « logiciels », afin de produire de faux documents « de haute qualité », difficiles à détecter à l’œil nu par les autorités frontalières.

En lançant l’alerte, l’agence européenne de police cherche à « sensibiliser » à la vente illicite de faux certificats négatifs et demande aux États membres de partager avec Europol, dont le siège se trouve à La Haye, « toute information pertinente sur les activités délictueuses » qu’ils découvrent sur leur territoire en rapport avec de faux tests PCR.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer