L’Allemagne assure ne pas avoir de problème d’approvisionnement alimentaire

[EPA-EFE/Mika Schmidt /POOL]

Ni flambée de prix, ni pénurie outre-Rhin, assure la ministre de l’Agriculture.

Les supermarchés allemands ne fermeront pas et ne rencontreront pas de problème d’approvisionnement, affirme la ministre de l’Agriculture du pays, Julia Klöckner. En parallèle, les fonctionnaires de l’UE cherchent à faciliter la circulation transfrontalière de la nourriture.

Julia Klöckner (CDU), la ministre allemande de l’Agriculture, a assuré lors d’une conférence de presse à Berlin mardi 17 mars que le pays ne connaîtrait pas de problèmes d’approvisionnement ou de flambée des prix malgré la pandémie de coronavirus.

Elle a expliqué que le secteur agricole continuerait à fonctionner normalement et que rien n’entravait ni la production d’aliments de base, ni la chaîne d’approvisionnement, ni l’alimentation du bétail. Les chaînes d’approvisionnement transfrontalières resteront aussi intactes.

« L’approvisionnement alimentaire au cours des prochaines semaines et des prochains mois est garanti », indique Joachim Rukwied, le président de l’Association des agriculteurs allemands (DBV), aussi présent lors de la réunion de mardi. Il souligne que l’Allemagne est autosuffisante en ce qui concerne la production de la majorité des aliments de base. Les taux d’auto-approvisionnement atteignent notamment 117 % pour le blé, 148 % pour les pommes de terre et 119 % pour le porc.

Embouteillages des camions de transport

Toutefois, les contrôles frontaliers provoquent des embouteillages qui retardent les livraisons de marchandises. Pour régler ce problème, la Commission propose de réserver une bande de circulation aux camions de transport sur les routes — une mesure que Julia Klöckner juge raisonnable.

Par ailleurs, l’Allemagne envisage aussi d’assouplir les règles en ce qui concerne les horaires des camionneurs qui, actuellement, ne peuvent plus rouler après un certain nombre d’heures de conduite et le dimanche.

Dans les jours à venir, les ministres de l’Agriculture européens doivent s’entretenir par vidéoconférence sur des améliorations supplémentaires à apporter à la distribution de produits alimentaires. Julia Klöckner a aussi discuté par téléconférence dans la soirée du 16 mars avec plusieurs membres du Parlement européen.

Coronavirus : faut-il s’inquiéter d’une pénurie alimentaire ?

La question de l’approvisionnement alimentaire inquiète en pleine épidémie de coronavirus. Si le riz ou les pâtes connaissent des ruptures de stock dans les rayons des supermarchés, la pénurie alimentaire est encore loin.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a annoncé lundi qu’un grand nombre de magasins fermeraient leurs portes dans le pays. En revanche, les supermarchés resteront ouverts et vont peut-être même prolonger leurs heures d’ouverture.

À plusieurs reprises, le gouvernement fédéral a avisé ses citoyens de ne pas faire de provisions excessives de nourriture dans la panique, parce que ces achats ajoutent une pression complètement inutile aux chaînes d’approvisionnement. Julia Klöckner a souligné mardi 17 mars que le rationnement de certains aliments n’était pas à l’ordre du jour pour le moment, et que cette mesure dépendait de chaque supermarché.

Ces derniers assurent qu’il se sont adaptés à la demande en hausse et ont prévu des livraisons supplémentaires « Nos enseignes sont bien approvisionnées et le resteront », affirme Lionel Souque, le président du conseil d’administration du groupe de supermarchés allemands Rewe.

Besoin urgent de travailleurs saisonniers

Joachim Rukwied avertit cependant que le manque d’effectifs dans les exploitations agricoles pourrait ralentir les récoltes. En effet, bon nombre des quelque 286 000 saisonniers qui travaillent dans les champs allemands chaque année viennent de l’étranger.

Le Ministère allemand de l’Agriculture réfléchit actuellement à des « solutions applicables » de recrutement des travailleurs manquants. Par exemple, les employés d’autres secteurs actuellement en chômage technique, comme celui de la restauration, pourraient être mis à contribution.

Des solutions flexibles seront mises en place temporairement, comme l’assouplissement de la législation sur les « mini-jobs » — des emplois cumulés à une activité principale — ou sur le travail le dimanche. Julia Klöckner indique en outre que si l’Allemagne ne parvient pas à trouver assez de saisonniers, elle pourrait en faire venir par avion afin de franchir les frontières fermées, une mesure qui, selon la ministre, doit aussi faire l’objet d’un dialogue avec la Commission.

Julia Klöckner se montre néanmoins prudente en ce qui concerne le transport de nourriture par avion. Elle a signalé être en pourparlers avec Lufthansa et a confirmé qu’il y avait bien une capacité de transport disponible. D’après elle, il n’est pas nécessaire pour l’instant de faire appel à l’armée allemande.

Un« plan de sauvetage » européen pour octroyer des aides d’État

La Commission  a mis au point une série de mesures temporaires pour approuver plus rapidement les aides d’État en réponse au coronavirus. La mesure avait aussi été mise en place lors de la crise financière de 2008.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.