« Pandémie cachée » : 1,5 million d’enfants dans le monde a perdu un tuteur à cause de la Covid-19

Les chercheurs ont donc appelé à une action urgente pour intégrer dans les plans d’intervention de la Covid-19 des moyens de faire face à l’impact des décès de tuteurs sur les enfants. [SHUTTERSTOCK]

Selon une étude mondiale du Lancet, pas moins de 1,5 million d’enfants dans le monde a perdu un parent, un grand-parent ou un tuteur légal à cause de la Covid-19 au cours des 14 premiers mois de la pandémie. Les chercheurs ont appelé à des investissements urgents dans les services d’aide aux enfants qui ont perdu leurs tuteurs légaux, car ce nombre est susceptible d’augmenter.

La pandémie de Covid-19 a entraîné une augmentation du nombre d’enfants confrontés à la perte d’un parent ou d’un tuteur légal, selon l’étude du Lancet. L’étude s’est basée sur les données de mortalité de 21 pays qui représentent 77 % des décès mondiaux dus à la Covid-19, dont cinq pays de l’UE : Pologne, Allemagne, Espagne, Italie et France.

Elle a révélé qu’un million d’enfants a connu le décès d’un ou de leurs deux parents entre mars 2020 et avril 2021. Un autre demi-million a connu le décès d’un grand-parent tuteur vivant à son domicile, estime l’étude.

« Pour deux décès dus à la Covid-19 dans le monde, un enfant est abandonné et fait face à la mort d’un parent ou d’un tuteur. Au 30 avril 2021, ces 1,5 million d’enfants seront la conséquence tragique et oubliée des 3 millions de décès dus à la Covid-19 dans le monde, et ce nombre ne fera qu’augmenter à mesure que la pandémie progressera », a déclaré Susan Hillis, l’une des principales auteures de l’étude.

Elle est également membre de l’équipe de lutte contre la Covid-19 des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies.

Ce nombre devrait augmenter, a prévenu Juliette Unwin, une autre auteure principale de l’Imperial College de Londres. « Dans les mois à venir, les variants et la lenteur de la vaccination à l’échelle mondiale menacent d’accélérer la pandémie, même dans les pays déjà terriblement touchés, avec pour conséquence de rendre des millions d’enfants de plus orphelins », a-t-elle expliqué.

Une autre auteure de l’étude, Lucie Cluver, de l’Université d’Oxford et de l’Université du Cap, a souligné l’importance de la vaccination des soignants des enfants, « en particulier des grands-parents tuteurs. Et nous devons réagir rapidement car toutes les 12 secondes, un enfant perd son tuteur à cause de la Covid-19 ».

La santé, la sécurité et le bien-être des orphelins en danger

Avant la pandémie, on estimait à 140 millions le nombre d’enfants orphelins dans le monde. Les enfants qui ont perdu un parent ou un tuteur risquent de subir des effets négatifs profonds à court et à long terme sur leur santé, leur sécurité et leur bien-être. Le risque de maladie, d’abus physique, de violence sexuelle et de grossesse chez les adolescentes peut augmenter après la disparition d’un parent.

Les chercheurs ont donc appelé à une action urgente pour intégrer dans les plans d’intervention de la Covid-19 des moyens de faire face à l’impact des décès de tuteurs sur les enfants.

« Nos résultats soulignent l’urgente nécessité de donner la priorité à ces enfants et d’investir dans des programmes et des services fondés sur des preuves afin de les protéger et de les soutenir dès maintenant et de continuer à les soutenir pendant de nombreuses années à l’avenir – car la condition d’orphelin ne disparaît pas », a déclaré Mme Hillis.

Seth Flaxman, l’un des principaux auteurs de l’étude, de l’Imperial College de Londres, a affirmé que « la pandémie cachée de l’orphelinat est une urgence mondiale, et nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre demain pour agir ».

Il a ajouté que « demain est trop tard pour l’enfant placé dans un orphelinat, qui grandira profondément marqué par cette expérience. Nous devons de toute urgence identifier les enfants qui se cachent derrière ces chiffres et renforcer les systèmes de suivi, afin que chaque enfant puisse bénéficier du soutien dont il a besoin pour s’épanouir. »

Les chercheurs ont noté que leurs résultats sont probablement des sous-estimations car les décès dus à la Covid-19 peuvent être sous-déclarés en raison de la variabilité des systèmes de dépistage et de déclaration du SARS-CoV-2.

« Tragiquement, de nombreux facteurs démographiques, épidémiologiques et de soins de santé suggèrent que le véritable nombre de personnes touchées pourrait être des ordres de grandeur plus importants », a déclaré Mme Unwin.

Malgré une augmentation des cas de Covid-19 chez les enfants, les écoles doivent rester ouvertes

Les avantages de la scolarisation des enfants l’emportent sur le risque de contracter et de propager la Covid-19, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

[Post-édité par Anne Damiani]

Subscribe to our newsletters

Subscribe