L’Irlande donne son feu vert à la prescription de cannabis médical

« Cela marque une étape importante pour l’Irlande », a confié le député irlandais Eugene Kenny à EURACTIV, ajoutant que cela donne de l’espoir à de nombreuses « familles désespérées », dont certaines se tournent vers d’autres marchés, y compris le marché noir. [SHUTTERSTOCK]

Pour la première fois, les patients irlandais vont pouvoir obtenir du cannabis médical sur ordonnance, dans ce qui a été décrit comme une décision « historique » qui devrait redonner de l’espoir à de nombreuses familles, même si des obstacles à l’accès au cannabis médical subsistent.

Alors que certains produits à base de cannabis médical ont été légalisés dans le pays il y a quelques années, cette décision majeure signifie désormais que les patients pourront non seulement obtenir du cannabis médical sur ordonnance, mais également qu’ils pourront être remboursés.

Cette décision offre aux patients la « garantie » que leur approvisionnement est assuré et « placé sur une base légale appropriée », a déclaré l’eurodéputé de gauche Luke Ming Flanagan à EURACTIV, ajoutant que cela avait auparavant causé de la détresse aux patients.

Selon Eugene Kenny, député de la circonscription de Dublin Mid-West et militant de longue date sur la question, cela est absolument crucial étant donné que ce traitement a parfois un « coût prohibitif » pour les gens.

« Il s’agit d’une étape importante pour l’Irlande », a-t-il confié à EURACTIV, ajoutant que cela donne de l’espoir à de nombreuses « familles désespérées », dont certaines se tournent vers d’autres marchés, y compris le marché noir, pour tenter d’obtenir le traitement pour leurs enfants qui souffrent de maladies comme l’épilepsie.

Cependant, même s’il reste optimiste quant aux opportunités que cela ouvrira pour les patients, un certain nombre d’obstacles à l’accès demeurent.

M. Kenny a expliqué qu’en l’état actuel des choses, le programme d’accès au cannabis médical est beaucoup trop restrictif, étant donné qu’il n’est ouvert qu’aux patients souffrant d’un nombre limité de pathologies.

Le plus controversé est que le programme n’inclut pas encore les personnes souffrant de douleurs chroniques, a-t-il regretté, exhortant le gouvernement irlandais à élargir le champ d’application de l’offre pour inclure cette pathologie et un plus grand nombre d’affections neurologiques.

Et ce, malgré le fait que ces pathologies soient incluses dans d’autres programmes européens, comme aux Pays-Bas.

M. Flanagan a également souligné que, contrairement à l’Allemagne, les patients irlandais doivent se faire prescrire le médicament par un consultant, ce qui, selon lui, est lourd et entraîne des « dépenses inutiles ».

Toutefois, malgré cela, M. Kenny reste confiant quant à l’élargissement « rapide » de ce secteur dans les années à venir, évoquant un certain nombre d’investissements importants dans ce domaine.

« Là où va l’argent, le marché suivra », a-t-il souligné.

L’UE devrait adopter les normes allemandes en matière de cannabis médicinal

L’approche réglementaire allemande sur le cannabis médicinal devrait être adoptée dans le reste de l’Europe, selon l’Association européenne pour le cannabis médicinal (EUMCA).

Le cannabis médical doit être mis sur « un pied d’égalité » 

Autre problème : le programme stipule que toutes les autres voies de traitement doivent être explorées avant de recourir au cannabis médical.

Mais ce n’est pas la bonne approche, selon M. Flanagan.

« Le fait que les patients ne puissent utiliser les produits autorisés dans le cadre du programme qu’en cas d’échec des traitements conventionnels est préoccupant », a-t-il estimé, soulignant que les patients « devraient se voir proposer des traitements à base de cannabis sur un pied d’égalité avec les autres médicaments. »

De même, M. Kenny a souligné que le cannabis médical ne devrait pas être considéré comme un dernier recours, mais comme l’un des outils de la boîte à outils des traitements.

« S’il est démontré qu’il est efficace, alors pourquoi ne pas le proposer en même temps que d’autres options de traitement ? », a-t-il soulevé, ajoutant que davantage de recherches sont nécessaires pour s’assurer que toutes les décisions sont fondées sur des preuves.

Un vent de changement 

Toutefois, le parlementaire garde l’espoir que cela sera un catalyseur pour de nouveaux changements dans ce domaine.

« Cela va faire bouger les choses en termes d’accès au cannabis médical », a déclaré M. Kenny.

Alors que l’utilisation du cannabis médical reste controversée et incomprise, il a déclaré que la dynamique est en train de changer « radicalement ».

Faisant référence à un récent sondage réalisé en Irlande, selon lequel 92 % des personnes interrogées seraient favorables à la légalisation du cannabis médical, M. Kenny a souligné que les positions de la médecine et de la politique, ainsi que de la société civile, évoluent.

« Alors que de nombreux médecins étaient – et sont toujours – sceptiques, nous avons vu le débat évoluer au cours des dernières années, à mesure que les avantages de ce traitement deviennent plus évidents », a-t-il poursuivi, ajoutant que, pour de nombreux enfants souffrant d’épilepsie et d’autres maladies, ce traitement peut être « révolutionnaire ».

À ce titre, il prédit que les mentalités, non seulement dans l’UE, mais aussi dans le monde entier, seront complètement différentes d’ici quelques années.

Mais cela reste une bataille difficile, selon M. Flanagan.

« Tous les pays de l’UE ont beaucoup à apprendre des États-Unis dans ce domaine », a-t-il fait remarquer, soulignant que le médicament est beaucoup plus accessible et que son utilisation est autorisée pour un éventail de maladies beaucoup plus large.

« Nous devons en arriver là le plus tôt possible. En particulier pour les patients souffrant de douleurs chroniques », a-t-il insisté.

Le marché européen du cannabis médical fait buisson creux

Une pénurie de chanvre d’origine néerlandaise destiné à l’exportation vers l’Allemagne met en lumière le manque de diversification dans les sources d’approvisionnement et l’absence d’uniformité dans les normes de qualité sur le marché européen du cannabis à usage médical.

[Édité par Anne Damiani]

Subscribe to our newsletters

Subscribe